"Le rock’n’roll m’a sauvé la vie" : Angus Young d’AC/DC déterminé à continuer l’aventure du groupe malgré les coups durs

Laure Narlian
·1 min de lecture

Ils ont rebranché le courant, mis les doigts dans la prise, et sont de retour avec un nouvel album Pwr Up, comme si de rien n’était. Pourtant, depuis la fin de la tournée d’AC/DC en 2016, les nuages sombres s’accumulaient dangereusement dans le ciel du groupe australien, menaçant sérieusement son avenir. Au premier chef, la mort en 2017 de Malcolm Young, fondateur et guitariste rythmique, après quatre ans d’un rude combat contre la démence, avait semblé barrer définitivement l’horizon de noir.

Cette tragique disparition survenait en effet après une série de tuiles et de coups durs : le chanteur Brian Johnson, 73 ans, souffrant de graves problèmes d’audition, avait dû être remplacé (par Axl Rose de Guns’n’Roses) pour les 23 dernières dates de la tournée et le bassiste Cliff Williams, 70 ans, épuisé par ces longues semaines sur la route, avait annoncé qu’il prenait sa retraite. Quant au batteur Phil Rudd, 66 ans, il était assigné à résidence pour menaces de mort et possession de stupéfiants et avait été remplacé sur la tournée par Chris Slade.

La pile électrique Angus Young a remis le groupe sur pied

C’était sans compter le benjamin et figure de proue d’AC/DC, Angus Young. A 65 ans, le guitariste à l'éternel costume d’écolier en culottes courtes n’a rien perdu de son énergie et est toujours prêt à rallumer la mèche, y compris dans l’adversité. "J’ai toujours pensé, comme mes frères (Malcolm et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi