Ce robot mou est une vigie de l'environnement

Pour voler comme une libellule, le DraBot est équipé de petits tuyaux externes qui injectent de l'air comprimé dans ses conduits internes.

Cet article est extrait du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°891 daté mai 2021.

C'est un robot sans circuit électronique ni batterie. Pourtant, il est capable de voler et de détecter les perturbations d'un milieu aquatique. Inspiré de la libellule, le DraBot a en effet été conçu pour être une vigie mobile de l'environnement par des spécialistes en génie biomédical, génie mécanique et sciences des matériaux de l'université Duke, à Durham (États-Unis) qui décrivent leur robot mou dans la revue Advanced Intelligent Systems.

La vitesse dépend de la pression de l'air

De l'insecte aquatique, il emprunte la morphologie, avec un corps de 5,7 cm et quatre ailes d'une envergure de 3,55 cm. La structure est faite d'un élastomère de silicone avec, à l'intérieur, un réseau de conduits en polymère, le tout recouvert d'une membrane Eco-flex hydrophobe. Pour voler comme une libellule, le DraBot est équipé de petits tuyaux externes qui injectent de l'air comprimé dans ses conduits internes. Le système gonfle et dégonfle de petits ballons placés à la base des ailes, provoquant les battements de celles-ci. La propulsion, elle, est assurée par de l'air envoyé au niveau des ailes antérieures puis expulsé à l'arrière du robot. La vitesse dépend donc de la pression de l'air.

Des informations sur l'état de l'eau

Comme la libellule, le petit robot est capable d'effleurer la surface de l'eau en plein vol. Or, les chercheurs ont rendu l'engin réactif au pH en injectant un hydrogel spécial dans des rainures traversant les deux ailes. De sorte qu'au contact d'une eau trop acide, les ailes se soudent l'une à l'autre et le Drabot ne peut plus voler en ligne droite, il se met à tourner en rond. Les ailes se dessoudent dans une eau redevenue neutre. Autre caractéristique intéressante pour la surveillance des environnements : la couleur du robot passe du rouge au jaune quand la température de l'eau augmente. Enfin, les micropores hydrophobes placés sous les ailes et l'abdomen permettent d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi