Un robot à quatre pattes, le nouveau chien de garde de Pompéi

Il s’appelle Spot. Par le passé, il a notamment arpenté les abords contaminés de Tchernobyl. Cette fois, le robot de Boston Dynamics est en mission sur le site archéologique italien.

En 2013, l’inspection de Pompéi par les officiels de l’Unesco tourne au cauchemar pour les responsables du site. Les représentants internationaux découvrent des ruines, vraiment… en ruine. Certains édifices menacent de s’écrouler. Et plusieurs tunnels creusés par des pilleurs ont affaibli bien des structures. Si rien n’est fait, Pompéi sera classé monument en péril et fermé au public. Suffisant pour que les autorités italiennes s’affolent…

En 2021, elles nomment un directeur allemand, Gabriel Zuchtriegel, qui dirigeait jusqu’alors le site antique de Paestum. Féru de nouvelles technologies, c’est lui qui a pris l’initiative de faire venir Spot. Truffé de capteurs, ce robot-chien construit par la société Boston Dynamics (pourvoyeuse d’innovations pour l’armée américaine) est devenu populaire au gré de ses précédentes missions. Même l’armée française l’a testé pour des simulations de combats urbains. À Pompéi, plus que de surveiller le site, sa tâche est d’en déceler les points faibles: scanner les bâtiments et récolter des données, afin d’évaluer les restaurations nécessaires. Spot peut même se glisser dans les nombreuses cavités créées par les pilleurs depuis la découverte du site, il y a trois cents ans.

Il dispose d'une vision à 360°.
Il dispose d'une vision à 360°.

Il dispose d'une vision à 360°. (...)
Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles