Roberto Alagna : coincé pendant l’attaque terroriste de Vienne, il raconte sa nuit d’horreur

·1 min de lecture

C’est dans l’horreur que la ville de Vienne, en Autriche, a basculé dans la soirée du lundi 2 novembre. Aux alentours de 20 heures, un homme armé a tiré sur des passants, causant la mort de quatre personnes et en blessant 22 autres. Durant son funèbre parcours, l’assaillant visait des terrasses de café et les alentours de l’opéra de Vienne, endroit même où le ténor Roberto Alagna était en représentation avec son épouse polonaise, Aleksandra Kurzak.

Protégés par l’insonorisation du lieu, spectateurs et artistes n’ont rien entendu de se qui se tramait dehors. Ce n’est qu’à la fin de la représentation que le directeur de l’opéra a prié tout le monde de rester assis, dans le calme : « Pendant les applaudissements, il est monté sur scène et a demandé à tout le monde de rester dans le théâtre. On a entendu des cris mais la police est arrivée et cela s’est vite calmé », a affirmé au quotidien Le Parisien Roberto Alagna. Mais le chanteur lyrique était en fait au courant depuis plusieurs minutes déjà.

« À 21h28 », Roberto Alagna savait qu’un drame s’était déroulé : « Sur mon smartphone que je consultais entre deux scènes, j’ai reçu un SMS d’un cousin qui me mettait en garde contre une fusillade dans Vienne. Il y avait des photos de policiers antiterroristes juste au pied du théâtre, sous ma loge. Forcément, c’était inquiétant ».

Pour autant et par souci de ne pas paniquer les autres en cette dernière soirée avant le reconfinement, Roberto Alagna n’a prévenu personne pour que tout se déroule (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Inès (Koh-Lanta) prédit une "troisième vague" : sa prise de parole divise la Toile
VIDEO Loana sortie de l'hôpital : cette aide précieuse d'un ancien lofteur qu'elle a refusée
Johnny Hallyday : ses musiciens abusaient-ils de lui ? Un proche se lâche
Olivier Véran, Agnès Buzyn, Edouard Philippe : de nouvelles plaintes contre le gouvernement
Matt Pokora soulève une incohérence du gouvernement et pousse un coup de gueule