Robert Herbin, ancien entraîneur de l'AS Saint-Étienne, est décédé

AFP
Robert Herbin, ici le 28 novembre 1991 lors de son premier session à l'ASSE en tant qu'entraîneur, est décédé ce 27 avril 2020.

FOOTBALL - Un surnom, “le Sphinx”, et une tignasse rousse: décédé ce lundi 27 avril à 81 ans, Robert Herbin, joueur puis entraîneur de l’AS Saint-Étienne, restera l’un des symboles de l’épopée européenne des Verts en 1976, page de légende du football français.

“Le monde du football est en deuil”, s’est ému le journaliste Jacques Vendroux, en annonçant le décès du célèbre entraîneur de Saint-Étienne sur Twitter. “Une légende éternelle”, a sobrement tweeté le club dans la soirée.

 

“Hospitalisé depuis plusieurs jours, il s’est éteint ce 27 avril (…) lâché par son cœur”, a rapporté le journal régional Le Progrès sur son site internet. Robert Herbin était hospitalisé depuis mardi dernier au CHU de Saint-Étienne pour de sérieuses insuffisances cardiaques et pulmonaires, sans lien avec l’épidémie de nouveau coronavirus.

Phénomène de société devenu aujourd’hui un mythe vintage, le parcours de Saint-Étienne en 1976, sous la houlette du “Sphinx” jusqu’en finale a décomplexé la France du foot après 18 ans de disette au sortir de la Coupe du monde 1958.

Ce soir du 12 mai, dans un stade d’Hampden Park à Glasgow acquis à sa cause, l’équipe que dirige Herbin s’incline 1-0, contre le cours du jeu, face au Bayern Munich en finale de coupe des clubs champions. La faute, veut croire la France, aux fameux “poteaux carrés” qui ont repoussé les tirs stéphanois.

″Ça m’a bien marqué. Ça reste gravé. Je ne l’ai pas digéré. J’y pense encore aujourd’hui. Je crois que le Bon Dieu n’était pas avec nous, ni les poteaux, ni la barre transversale”, confiait-il à l’AFP en octobre 2015, reconnaissant n’avoir “jamais revu le match”.

Robert Herbin, entraîneur à 33 ans

Né à Paris le 30 mars 1939, Robert Herbin déménage à huit ans à Nice où son père, musicien, a décroché un emploi à l’opéra.

C’est au Cavigal, club local célèbre pour sa formation des jeunes, que le jeune Robert fait...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post