Robert Boulin : la thèse du suicide remise en cause

Une photo datant d'octobre 1979 montre un cadavre allongé à côté d'une voiture sur le bord d'un étang, dans la forêt de Rambouillet (Yvelines). Plus de 40 ans après, le mystère subsiste sur les circonstances de la mort de Robert Boulin. Aujourd'hui, une nouvelle expertise vient remettre en cause la thèse officielle du suicide. Selon les experts, il n'est pas possible de conclure de manière formelle à la mort par noyade de l'ancien ministre du Travail sous Valéry Giscard d'Estaing. En revanche, l'expertise confirme la présence de blessures sur son visage. Existence d'une fracture au niveau du nez "Il est acté définitivement l'existence d'une fracture, et non des moindres, au niveau du nez du ministre en exercice. Fracture qui est liée soit à un coup porté par un objet contondant, soit à une chute directe qui laisse à penser que Robert Boulin, probablement, serait tombé face contre terre en étant bousculé", explique Me Marie Dosé, avocate de la famille Boulin. Robert Boulin avait été mis en cause dans une sombre affaire immobilière, compromettant sa carrière politique. Une lettre tapée à la machine et signée de son nom annonçait son suicide.