Robert Badinter, la vie avant tout (France 3) L'architecte de l’abolition de la peine de mort en France

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

C’était le 17 septembre 1981: "J’ai l’honneur, au nom du gouvernement de la République, de demander à l’Assemblée nationale l’abolition de la peine de mort en France." Pour la mémoire collective, Robert Badinter incarnera à jamais l’humanisme français et l’honneur de la gauche. On oublie que, plusieurs années après l’abolition, il était encore haï par une grande partie de l’opinion, et tenu pour responsable de chaque assassinat.

À lire également

10 mai 1981 : changer la vie ? (France 2) Mazarine ou l'incroyable secret de François Mitterrand

Le 18 septembre, cela fera 40 ans que la peine de mort est abolie en France. C'est le résultat du travail de Robert Badinter, qui menait là le combat de sa vie. Dans sa jeunesse, Robert Badinter a été confronté à la barbarie nazie, et devenu avocat, devient au début des années 1970 un fervent militant pour l'abolition de la peine de mort. Un combat qu'il pourra mener à son terme avec l'élection de François Mitterrand, qui lui apporte son soutien. Grand humaniste passionné par la Justice, Robert Badinter a marqué son passage au ministère, comme en témoignent de nombreuses personnalités politiques ou juridiques qui l'ont côtoyé, tel Laurent Fabius ou François Binet.

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles