Le RN saisit la justice contre Carole Delga après la mise en place de transports gratuits dimanche

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À 48h de second tour de la présidentielle, le maire de Perpignan Louis Aliot (RN) s'est indigné au micro de France Bleu Occitanie d'une utilisation de "moyens publics à des fins politiques".

POLITIQUE - À l’extrême droite, faciliter le vote au second tour n’est pas neutre. Vendredi 22 avril, le maire de Perpignan Louis Aliot (RN) a annoncé que le Rassemblement national avait saisi le procureur de la République après la mise en place de transports gratuits en Occitanie pour aller voter au second tour de la présidentielle.

Le 17 avril, la mesure avait été annoncée par la présidente de la région Carole Delga (PS) dans un tweet qui a fait grincer des dents au sein du parti de Marine Le Pen. “Dimanche prochain, tous aux urnes pour barrer la route à l’extrême droite. Allez-y en train ou en car Lio: en Occitanie, c’est gratuit !”, avait tweeté la socialiste.

“J’ai décidé de proposer la gratuité sur le réseau Lio les 23 et 24 avril afin de permettre au plus grand nombre, en particulier les jeunes, d’aller voter au 2nd tour”, avait ajouté cette proche d’Anne Hidalgo, dans un second tweet.

“Socialiste sectaire”
Au Rassemblement national, cette mesure et surtout le message qui y est accolé ne passent évidemment pas. “Je suis tellement indigné que Jean-Paul Garraud, qui est notre tête de groupe à la région Occitanie, a saisi le procureur et la commission de la campagne présidentielle hier (jeudi) car c’est l’utilisation des moyens publics à des fins électorales et à des fins politiques. C’est rigoureusement interdit”, a affirmé Louis Aliot au micro de France Bleu Occitanie, vendredi, qualifiant au passage Carole Delga de “socialiste sectaire”.“Abuser à ce point de ses fonctions dépasse l’entendement”, avait dénoncé plus tôt cette semaine Jean-Paul Garraud, également député européen (RN).Selon France Bleu, le Rassemblement national n’a pas déposé de plainte, mais trois signalements ont été émis auprès du procureur de la République de Toulouse, de la commission de contrôle de la campagne présidentielle et de la commission de contrôle des comptes de campagne.

À voir également sur Le HuffPost : Présidentielle: ces seniors répondent au “ni-Macron ni-Le Pen” des étudiants

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Marine Le Pen a perdu le débat mais peut-elle triompher dans les urnes ? On ne peut pas l’écarter mais il faudrait que plusieurs conditions soient remplies"

LIRE AUSSI :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles