Le RN propose de taxer les transactions internet au profit des petits commerces

·2 min de lecture

Le Rassemblement national propose de taxer les transactions sur les plateformes internet à hauteur de 10% du chiffre d'affaires, et d'en reverser le produit aux petits commerces touchés par le reconfinement.

Le Rassemblement national propose de taxer les transactions sur les plateformes internet à hauteur de 10% du chiffre d'affaires, et d'en reverser le produit aux petits commerces touchés par le reconfinement. "La mise en place d’un deuxième confinement instaurant la fermeture des commerces dits 'non essentiels' conduit à une distorsion de concurrence majeure entre les commerces physiques et les plateformes digitales", estime le parti de Marine Le Pen dans un communiqué publié mardi.

Voir aussi : Produits non essentiels : Quels sont les rayons qui restent ouverts et ceux qui ferment ?

Et la "fermeture annoncée récemment des rayons non essentiels de la grande distribution ne relève pas de la même problématique et ne corrige pas cette distorsion de concurrence avérée", selon le RN.

Le parti d'extrême droite propose donc d'instaurer, "à titre exceptionnel et pendant la période d’état d'urgence sanitaire, une taxe de 10% sur les transactions commerciales sur internet réalisées à travers les plateformes de distribution de plus de 250 salariés", et d'affecter le produit de cette taxe "aux petits commerces, principales victimes des dernières mesures de confinement".

Castex déplore que certains élus appellent les maires à "violer les règles de la République"

Des dizaines d'élus locaux, dont le maire RN de Perpignan Louis Aliot, ont pris de façon unilatérale des arrêtés autorisant la réouverture des commerces, alors que seuls ceux de première nécessité sont autorisés à ouvrir pendant le reconfinement. Face à la grogne, Jean Castex avait annoncé dimanche qu'au nom de l'"équité" et de la sécurité sanitaire, le gouvernement avait décidé de fermer les rayons de produits "non essentiels" dans les grandes surfaces, plutôt que(...)


Lire la suite sur Paris Match