RN et droite alertent sur une possible restriction de liberté conditionnée à la vaccination

·2 min de lecture

Le Rassemblement national et la droite ont alerté sur une possible restriction à la liberté de déplacement, qui pourrait dans certains cas être conditionnée à une vaccination. 

Le Rassemblement national et la droite ont alerté mardi sur une possible restriction à la liberté de déplacement, qui pourrait dans certains cas être conditionnée à une vaccination, aux termes du projet de loi instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires.

"Nous avons découvert un projet de loi dans lequel il y a quelques lignes qui vous indiquent que si vous n'êtes pas vacciné, alors vos libertés vont se restreindre", a expliqué le porte-parole du RN Sébastien Chenu sur France 2. "Tout ça est très dangereux, c'est juridiquement complètement ridicule, parce que, évidemment, ça voudrait dire qu'il faut que la vaccination soit obligatoire dans ce cas-là", a ajouté le député du Nord. "Je pense que le gouvernement joue un peu aux apprentis sorciers et que peu à peu s'installe cette espèce de dictature sanitaire", a-t-il encore déploré.

Lire aussi :Covid-19 : La campagne de vaccination en France commencera dimanche

Le président de la République Emmanuel Macron et le gouvernement ont assuré très clairement que la vaccination anti-Covid, qui débute dimanche, ne serait pas obligatoire. Lors du conseil des ministres lundi, le Premier ministre Jean Castex a présenté un projet de loi instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires. "L'objectif de ce texte est de nous préparer à la fin de l'état d'urgence sanitaire, le 1er avril 2021, et d'établir un cadre juridique durable face aux crises sanitaires", a expliqué le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Dans son article 3131‑9, au 6e paragraphe, le projet prévoit que "le Premier ministre peut, le cas échéant (...) subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l'exercice de(...)


Lire la suite sur Paris Match