Le RN demande d’interdire les Champs-Elysées aux supporters algériens

C.D avec AFP
Jeudi 11 juillet, c’est sur la place de l’Etoile et les Champs-Elysées que les débordements ont été les plus intenses

La demi-finale opposera l’Algérie au Nigeria dimanche. Le parti de Marine Le Pen appelle le gouvernement à anticiper le risque de nouveaux incidents.

«Tout doit être mis en œuvre pour éviter à la France (...) une véritable humiliation nationale !» Dans un communiqué du Rassemblement national, ce vendredi, le parti de Marine Le Pen demande au ministre de l’Intérieur d’interdire l’accès des Champs-Elysées aux supporters algériens dimanche, jour de la demi-finale de la CAN entre les Fennecs et le Nigeria. Selon le RN, le drapeau algérien doit lui aussi être interdit «au nom de l’ordre public».

La réaction du parti d’extrême droite fait suite aux incidents qui ont eu lieu un peu partout en France jeudi soir, après la victoire de l’Algérie face à la Côte d’Ivoire en quarts de finale de la CAN. Sur l’avenue des Champs-Elysées en particulier, des heurts et des pillages ont conduit à une quarantaine d’interpellations, sur un total de 74 dans tout le pays.

Pour le RN, «loin de n’être que des manifestations de joie de simples amateurs de football (...), il s’agit de véritables démonstrations de force dont l’objectif est de signifier ostensiblement une présence massive et un rejet de la France».

L’inaction du gouvernement pointé du doigt

Sur Twitter, la présidente du parti dénonce «le silence des autorités» et l’inégale action des forces de l’ordre comparé aux manifestations des Gilets jaunes.

Même son de cloche chez Jordan Bardella, vice-président du RN, qui reproche aux autorités de ne pas avoir anticipé les débordements.

Lire la suite sur LeParisien.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :



«Stress, émotion et fierté» : on a répété le Défilé du 14 juillet avec les jeunes du service civique
Missiles français retrouvés en Libye : ils n’étaient «pas entre des mains libyennes»
Entre sanglots et colère, Rugy livre sa vérité
Municipales : les Verts divisés sur leur stratégie
Pourquoi l’affaire de Rugy est loin d’être terminée