Le RN à la tête d’un groupe d’étude sur l’antisémitisme ? Impensable pour la Nupes et la Macronie

© XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Se pourrait-il que le Rassemblement national se retrouve en charge du groupe d'étude sur l'antisémitisme à l'Assemblée nationale ? C'est en tout cas ce que laisse entendre une liste provisoire diffusée par l'institution ce mercredi. Cette liste prévoit la répartition des présidences des groupes d'études à chacune des formations politiques composant l’Assemblée. Chaque formation politique peut donc faire ses candidatures en fonction de son nombre de députés dans l'hémicycle. Dans ce contexte, le RN, deuxième parti avec 89 élus, essaie de consolider sa position et a officiellement formulé une demande pour être en charge des travaux sur l'antisémitisme.

Une opportunité pour Sébastien Chenu, vice-président du RN , de renforcer la stratégie de normalisation du parti. La candidature a tout de suite été vu d'un mauvais œil par les autres partis politiques, qu'ils qualifient "d'une ligne rouge" à ne pas franchir au vu de l'histoire du parti d'extrême droite.

Vives réactions chez les députés de la Nupes

Nombre de députés sont en effet tombés de leurs chaises en recevant par mail cette nouvelle liste et immédiatement, une vive indignation a émergé des rangs de l’opposition. Chez la Nupes, on ne manque pas de rappeler l’histoire du parti, "incompatible" avec cette étude de l’antisémitisme. Dans les colonnes du journal Libération, un collectif d’élus écologistes a rédigé une tribune, dénonçant un "parti fondé par des anciens nazis, des anciens SS, des antisémites notoires (…) pétri de...


Lire la suite sur Europe1