Le Ritz met aux enchères son trésor mobilier

Ruben Levy / AFP
La maison de ventes

INSOLITE- La vie de palace est à portée de main. À partir de ce mardi 17 avril et ce jusqu'au samedi 21, la maison de ventes française "Artcurial" met aux enchères le mobilier du luxueux hôtel parisien, le Ritz. Des tabourets du fameux "bar Hemingway", une baignoire datant du XIXe siècle ou encore une harpe, au total, c'est quelque 10.000 objets et meubles de l'établissement qui sont proposés aux potentiels acquéreurs.

Artcurial n'en est pas à son premier palace. Ces dernières années, la maison de ventes s'est chargée, avec succès, de mettre aux enchères le mobilier du luxueux Crillon, du Plaza Athénée, de l'Hôtel de Paris à Monaco ainsi que celui du restaurant du quai de la Tournelle, La Tour d'Argent. C'est désormais au tour de celui du légendaire hôtel de la place Vendôme à la façade Mansart, inauguré en 1898 et propriété depuis 1979 du milliardaire égyptien Mohamed Al-Fayed.

Pour l'occasion, la maison de ventes s'est transformée en réplique du palace parisien. Jusqu'au lundi 23 avril, y est exposée au public une sélection des 3.500 lots dont le mythique hôtel, rouvert en juin 2016 après quatre ans de travaux, a décidé de se séparer lors de sa rénovation. "Enfin ouverte! 'Il était une fois le @_RitzParis', exposition publique gratuite organisée par @Artcurial, passez faire un tour! Ouverte tous les jours du 12 au 16 avril #ownthelegend #welcometotheritz" a twetté Arcturial.

Des vestiges de la première heure

Les estimations vont de 100 euros (plafonniers, embrasses de rideaux, etc.) à 10.000 euros pour une paire de monumentales sculptures de nymphes portant des candélabres en bronze qui décoraient le hall d'entrée du Ritz. Si elle ne comporte pas de pièce d'une valeur exceptionnelle, la vente tient à se distinguer...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages