Rita Hayworth : gloire et blessures (Arte) : L’actrice derrière l’icône

·1 min de lecture

Devant la caméra, Rita Hayworth était le prototype de l'idéal de beauté américain, virevoltant aux côtés de Fred Astaire ou de Gene Kelly. Dans sa vie privée, timide et rongée par un complexe d'infériorité, l'actrice multiplie les mariages malheureux. Marquée par les épreuves et les années, puis par les assauts de la maladie d'Alzheimer, Rita Hayworth assume de vieillir à l'écran, révélant la profondeur de son jeu dans des films tels que "Tables séparées" ou "Ceux de Cordura"...

À lire également

Leonardo DiCaprio : Most Wanted ! (Arte)... 3 Choses à savoir sur la star d'Hollywood

La scène de Gilda (1946) où elle ôte son gant, en chantant Put the Blame on Mame, a figé Rita Hayworth dans une image de femme fatale. Mais elle était plus que cela. Danseuse hors pair, c’était la partenaire préférée de Fred Astaire, qui s’inspira de ses racines espagnoles pour chorégraphier leurs films en commun (L’amour vient en dansant…). C’était aussi une tragédienne. Son mari, Orson Welles, lui offrira, dans La Dame de Shanghai, en 1947, son plus grand rôle.

Rita Hayworth : gloire et blessures : dimanche 14 mars à 22h30 sur Arte

Isabelle Magnier

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi