Les risques de violents séismes et de tsunamis en Méditerranée sont plus élevés que prévus

La Méditerranée est un vrai puzzle tectonique, hérité de l’histoire géologique de la région. Cette mer peut ainsi se subdiviser en plusieurs bassins de nature différente, délimités par de grandes failles et fosses de subduction. Cet ensemble complexe est à relier directement à la convergence de deux grandes plaques tectoniques : l’Afrique et l’Eurasie. C’est cette dynamique compressive à grande échelle, associée à la subduction de l’ancienne plaque océanique Téthys, qui a donné naissance à la chaîne des Alpes mais également au volcanisme actuel de l’Etna, du Stromboli, du Vésuve ou du Santorin.

La Méditerranée, région sismique en lien avec de complexes mouvements tectoniques

Dans le détail, les choses sont cependant bien plus complexes. À côté de résidus de l’ancienne croûte océanique de la Téthys, qui continue de s’enfoncer sous les différentes microplaques continentales qui forment le bassin méditerranéen, on trouve également des zones en extension, qui produisent une croûte océanique récente. La survenue fréquente de séismes sur tout le pourtour méditerranéen témoigne de l’ensemble de ces mouvements tectoniques.

La Méditerranée, du fait de sa position à l'interface entre deux grandes plaques en collision, présente une structuration tectonique complexe, avec la présence de très nombreuses failles actives. © Woudloper, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0
La Méditerranée, du fait de sa position à l'interface entre deux grandes plaques en collision, présente une structuration tectonique complexe, avec la présence de très nombreuses failles actives. © Woudloper, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

La partie ouest de la Méditerranée est d’ailleurs particulièrement soumise à cette activité sismique. Ici, ce sont les plaques africaine et ibérique qui sont en contact, dans la mer d’Alboran, située au sud de la péninsule ibérique. De manière presque imperceptible, à une vitesse de seulement 4,5 mm/an, les deux plaques entrent en effet en collision, créant un complexe système de failles actives, potentiellement sismogéniques. Cette limite de plaque aurait ainsi produit plusieurs séismes importants au cours de l’histoire, parfois associés à des tsunamis. C’est le cas pour les séismes survenus en 1522, en 1680 et en...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura