Risques de collision et de noyade, courants très forts... Le Cross du Cap Gris-Nez surveille le détroit du Pas-de-Calais où des migrants tentent la traversée

franceinfo, Jérôme Jadot
En 2018, les traversées de migrants vers l'Angleterre par la Manche ont augmenté. Le Cross surveille le détroit et multiplie les opérations de secours.

Le PC opération du Cross se trouve au pied du phare posé sur le Cap Gris-Nez. Il s'agit d'une vaste salle circulaire avec vue panoramique sur le détroit, et de nombreux écrans sur lesquels les agents du Cross, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, contrôlent le trafic maritime très dense.

Après les embarcations en Méditerranée, les migrants tentent de plus en plus la traversée par la Manche. Le phénomène s'est accéléré et depuis novembre 2018, les autorités comptent quatre fois plus de départs. Au total, 500 migrants ont tenté de rejoindre l'Angleterre de cette manière. Une traversée très dangereuse qui débouche une fois sur deux sur une intervention des moyens de secours français, pilotés par le Cross du Cap Gris-Nez.

Au loin, se dressent les hautes falaises blanches de l’Angleterre, elles ne sont qu’à 30 kilomètres, mais la traversée est particulièrement dangereuse souligne le directeur du centre Marc Bonnafous. "Il y a de très forts courants, il y a aussi des vents très forts. Le risque, c'est aussi d'entrer en collision avec un navire de commerce qui ne pourra pas s'apercevoir qu'il a renversé une petite embarcation. Ce sont des navires de plus de 300 mètres", (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi