Que risquent les restaurateurs en cas d'ouverture clandestine ?

·1 min de lecture

Les restaurants ne sont pas près de rouvrir et beaucoup n'en peuvent plus. Alors certains font de la résistance en accueillant des clients clandestinement. De plus en plus de cas sont recensés, comme récemment sur l'île de la Cité à Paris. Mais cette pratique, en infraction directe de la législation, peut coûter cher aux restaurateurs. L'avocat Roland Perez explique dimanche sur Europe 1 ce qui risquent ces établissements, mais aussi les clients qui les fréquente.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 7 février

Du premier avertissement...

Cette pratique des restaurateurs d’accueillir et de servir des clients était marginale au début de l'interdiction, en octobre dernier. Les cas connus tendent désormais à se multiplier du fait, semble-t-il, des délations multiples effectuées auprès des commissariats par des restaurateurs jaloux, des voisins satisfaits qu’il n’y ait plus de nuisances de bruit et d’odeurs; ou encore des indiscrétions de tous ceux qui se vantent d’avoir bravé l’interdiction.

>> Retrouvez toutes les chroniques de Roland Perez en podcast et en replay ici

Les premiers contrôles s’effectuent souvent dans un cadre d’échange et de dialogue et se transforment en premier avertissement. C’est surtout la récidive qui est sanctionnée. D'autant que les restaurateurs s'organisent et tiennent un discours bien rodé en cas de contrôle : ils affirment que ce sont des ventes à emporter qui ont dégénéré.

...Jusqu'à la fermeture adminis...


Lire la suite sur Europe1