Selon une étude, le risque de contamination entre deux vaccinés d’un même foyer est de 4%

·1 min de lecture
Cette étude a été pré-publiée mais doit encore faire l’objet d’une validation scientifique.

Cette recherche, menée en France et en Israël, met en avant l’efficacité de la vaccination pour diminuer le risque de contamination.

Une nouvelle étude confirme l’efficacité du vaccin pour contenir l’épidémie de Covid-19. Une étude observationnelle, menée conjointement par le centre médical israélien Sheba, l’université de Tel Aviv, l’institut Pasteur et la Sorbonne université, prouve que le vaccin réduit bien le risque de transmission du virus.

Cette étude a été réalisée auprès de 212 soignants israéliens et leurs familles. Ces résultats prouvent qu’au sein d’un même foyer, le risque de contamination entre des personnes vaccinées s'avère très faible. Dès la confirmation de la présence de la maladie, les soignants devaient également indiquer le statut de la vaccination des différents membres du foyer. Grâce à ces données, les chercheurs ont alors déterminé qu’au sein d’un foyer de quatre personnes, la probabilité de transmission du virus était de 59% entre deux personnes non-vaccinées.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Je le crie avec force : la vaccination est une obligation"

4% pour les vaccinés

"Au sein des ménages, la vaccination réduit à la fois le risque d'infection et de transmission en cas d'infection. Lorsque les contacts n'étaient pas vaccinés, l'isolement entraînait également des réductions importantes du risque de transmission. Les contacts vaccinés pourraient réduire leur risque d'infection s'ils s'isolent, bien que cela nécessite une confirmation avec des données supplémentaires", résument les auteurs de cette étude.

À l’inverse, ce chiffre chutait à 4% pour des personnes vaccinées. Concernant une contamination entre un adulte et un enfant, le risque de transmission était de 36% lorsque le porteur du virus n’était pas vacciné et de 10% quand il l’était. "Voilà une preuve supplémentaire de l’importance d’augmenter le taux de vaccination, seul moyen efficace et unique de réduire les dimensions de l’épidémie et de reprendre une vie normale", ajoute le centre Sheba. Pour le moment, cette étude a été pré-publiée mais doit encore faire l’objet d’une validation scientifique par les pairs.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles