Le risque de catastrophes naturelles a été multiplié par 5 en 50 ans

·1 min de lecture

Après le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) en août, c'est au tour de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) d'établir son rapport sur le climat, et le résultat est préoccupant. Au cours de ces 50 dernières années, entre 1970 et 2019, le taux de catastrophes naturelles a été multiplié par 5, comme le démontre l'Atlas de la mortalité et des pertes économiques dues aux phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes. Dans son communiqué de presse, l'OMM explique que le coût matériel est considérable, notamment dans les pays en voie de développement, ainsi que les pertes humaines. Le nombre de décès dû à des catastrophes naturelles a néanmoins baissé considérablement depuis 1970, passant de 50.000 par an à 20.000.

Le bilan humain des catastrophes naturelles

L'OMM distingue trois facteurs pouvant être pris en compte dans l'étude des catastrophes naturelles : météorologiques, hydrologiques et climatiques. Ces trois qualifications ont joué dans 50 % des phénomènes étudiés. Les sécheresses, tempêtes, inondations et températures extrêmes sont les catastrophes ayant coûté le plus de vies humaines. Depuis 1970, un total de 2 millions de personnes sont décédées à la suite de tels évènements.

Les dix catastrophes les plus meurtrières depuis 1970 en haut, et les plus coûteuses en bas. © OMM
Les dix catastrophes les plus meurtrières depuis 1970 en haut, et les plus coûteuses en bas. © OMM

Le nombre de morts a bien diminué au cours des années, baissant progressivement au fil des décennies. Entre 1970 et 1990, 170 décès par jour étaient enregistrés, contre 90 dans les années 2010. Cette baisse provient des systèmes de surveillance de phénomènes climatiques ou géologiques : sismographes, surveillance météorologique par satellite, procédures d'évacuation de zones sinistrées…

Tempête Ida : « La crise climatique est à notre porte » !

Si les pays développés sont relativement épargnés concernant le nombre de morts imputé aux catastrophes naturelles, les pays pauvres et en voie de développement payent néanmoins un lourd tribut....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles