Risque cardiovasculaire : cette activité devrait être limitée pendant l'enfance pour diminuer les risques, selon une étude

“Les maladies cardiovasculaires ou cardio-neurovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde, la deuxième en France après les cancers” écrit le ministère de la Santé et de la Prévention, qui précise qu’en moyenne, 140.000 personnes décèdent de ces pathologies chaque année. Parmi les facteurs de risques, les pouvoirs publics énumèrent le tabagisme, le stress, le manque de sommeil, l’alcool ou encore la sédentarité. Adopter un mode de vie pour réduire les risques est donc une question de santé publique.

Selon des chercheurs de l'Université de Finlande orientale, à Kuopio, en Finlande, la sédentarité cumulée de l’enfance jusqu’à l’âge adulte serait un facteur de risques pour développer des maladies cardiovasculaires. Les chercheurs ont également fait ce constat chez les personnes n'étant pas en surpoids ou ayant une bonne tension artérielle. Leurs résultats sont présentés à l’occasion du Congrès de la Société Européenne de Cardiologie 2023.

Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs se sont basés sur les données de l'étude Children of the 90s, une vaste étude lancée entre 1990 et 1991 sur des enfants habitant à Bristol, en Angleterre. L’objectif était de suivre le mode de vie des enfants au fil des années.

Dans le cadre de leur étude, les chercheurs ont demandé à 766 enfants de porter un tracker de mouvement pendant sept jours à trois moments de leur vie : lorsqu’ils étaient âgés de 11 ans, 15 ans puis à 24 ans.

De plus, les chercheurs ont réalisé une échographie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite