Riposte d'Israël après les attaques du Hamas: l'Union européenne opposée au blocus de Gaza

Riposte d'Israël après les attaques du Hamas: l'Union européenne opposée au blocus de Gaza

L'Union européenne est opposée au blocus total de Gaza et soutient majoritairement la poursuite de l'aide à l'Autorité palestinienne, a affirmé mardi Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l'UE.

Intervenant devant la presse à Mascate à l'issue d'une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept, Joesp Borrell a déclaré que le respect du droit international signifiait un "non au blocus" aboutissant à l'arrêt de l'approvisionnement en "eau, nourriture ou électricité".

Les Européens sont également à "une écrasante majorité" opposés à la suspension de leur aide en faveur de l'Autorité palestinienne, a-t-il ajouté.

Les Vingt-Sept se sont en outre dits en faveur de l'ouverture d'un corridor humanitaire afin de permettre l'évacuation vers l'Egypte des civils fuyant les bombardements, a encore assuré le chef de la diplomatie européenne.

"Le Hamas est une organisation terroriste, l'Autorité palestinienne, c'est autre chose"

"Israël a le droit de se défendre" après l'attaque "barbare et terroriste" déclenchée par le Hamas "mais cela doit être fait en conformité avec le droit international, le droit humanitaire et certaines décisions sont contraires à ce droit international", a jugé Josep Borrell.

Les ministres européens des Affaires étrangères, certains sur place à Oman et d'autres en visio-conférence, se sont également prononcés, à l'exception de ceux de "deux ou trois" États membres, pour la poursuite de l'aide européenne à l'Autorité palestinienne, distincte du Hamas.

"Le Hamas est une organisation terroriste, l'Autorité palestinienne, c'est autre chose, c'est un partenaire", a insisté Josep Borrell. Tous les Palestiniens ne sont pas des terroristes (...) Une punition collective à l'encontre des Palestiniens serait injuste et contre-productive", a-t-il souligné.

L'UE a annoncé un "réexamen" de son aide au développement en faveur des Palestiniens mais celui-ci "ne doit pas être une excuse pour retarder notre coopération avec l'Autorité palestinienne", y compris en ce qui concerne les paiements encore à effectuer, a-t-il estimé.

Cette révision doit donc se faire "dans les plus brefs délais", a-t-il encore déclaré. Et, en attendant, il faudra augmenter l'aide humanitaire face à la crise qui s'annonce, a averti Josep. Borrell.

Article original publié sur BFMTV.com