Du rififi chez les identitaires

·2 min de lecture
Une plainte a été déposée à la police par une militante identitaire (photo d'illustration).

Une jeune femme a déposé une plainte pour violences contre un autre militant, sur fond de bataille d'influence entre youtubeurs d'extrême droite.

C'est dans la nuit de samedi à dimanche que la jeune femme s'est déplacée dans un commissariat parisien. Vers 1 h 30 du matin, à la terrasse du pub Saint-Michel, situé quai Saint-Michel, dans le 5e arrondissement, Alice Cordier, 24 ans, originaire de Rennes, présidente du collectif féministe-identitaire « Nemesis » a reçu une « violente gifle » ainsi qu'elle a décrit l'agression de Baptiste Marchais, un Parisien d'extrême droite de 27 ans, défavorablement connu des services de police, qui se présente sur les réseaux sociaux comme détenteur du record de France du développé-couché dans la catégorie des 100 kilos.

À la suite des violences, l'homme, adepte de l'idéologie viriliste, a été évincé par le videur de la brasserie. Il a quitté les lieux. Trois personnes ont été citées comme témoins de l'agression, selon la police. Sur les réseaux sociaux, la victime affirme qu'une soixantaine de clients ont pu voir la scène de violence.

Agression gratuite

Selon la plaignante, la gifle à la joue gauche lui aurait occasionné de vives douleurs. Elle a souhaité se rendre seule à l'unité-médico judiciaire de l'Hôtel-Dieu pour faire constater sa blessure après son dépôt de plainte. L'UMJ déterminera s'il y a lieu de prescrire ou non un nombre de jours d'incapacité temporaire de travail.

La victime connaît bien son agresseur, comme elle l'a confié aux policiers. Ils fréquentent, dit-elle, le même milieu. L'influenceur d'extrême droite sur les réseaux sociaux aurait agi selon un [...]

Lire la suite

VIDÉO - Enquête ouverte après des violences à l'intérieur du meeting d'Eric Zemmour

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles