"Rien n'est joué: Emmanuel Macron veut mobiliser ses soutiens dans la dernière ligne droite

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron à Saint-Denis après le débat présidentiel le 21 avril - Ludovic MARIN / POOL / AFP
Emmanuel Macron à Saint-Denis après le débat présidentiel le 21 avril - Ludovic MARIN / POOL / AFP

"Rien n'est joué", a déclaré jeudi Emmanuel Macron en appelant ses partisans à "redoubler d'efforts" avant le second tour de la présidentielle et en critiquant le financement du programme de sa rivale Marine Le Pen.

"Je suis déterminé, concentré, engagé. Et pour moi rien n'est joué", a affirmé le président candidat au cours d'un déplacement consacré aux banlieues et à la rénovation urbaine en Seine-Saint-Denis, où il a tenu à défendre son bilan.

Avant le second tour dimanche, Emmanuel Macron a présenté le scrutin comme celui du choix entre "un projet républicain et un projet de sortie de la République, de sa laïcité, de sa fraternité". Il a insisté sur "le point le plus funeste" du programme de Marine Le Pen, "le financement", qu'il a regretté ne pas avoir abordé lors du débat de mercredi.

Un programme économique critiqué

Ce programme projette "deux milliards d'euros d'économies sur la police sous prétexte que, par le Saint-Esprit peut être, il y aura moins d'immigration et donc qu'il faudra moins de policiers", a-t-il dénoncé. "Comme si on allait faire dans les cinq années qui viennent des économies sur des parapluies, parce que soudain on décrèterait le beau temps", a-t-il ironisé.

876450610001_6304622690001

Plus graves, selon lui, les "neuf milliards d'économies sur les politiques sociales pour les personnes qui sont sur notre sol en situation régulière". "Cela veut dire qu'à une jeune dame marocaine, qui a deux enfants, qui travaille à l'hôpital (...) qui respecte les lois de la République, on lui enlèvera son logement social et ses allocations familiales".

Dédoublement des classes de la 6e à la Seconde

En se rendant à Saint-Denis, où il a été accueilli par le maire socialiste Mathieu Hanotin, le candidat LREM a voulu "envoyer un message d'ambition et de considération à tous les quartiers", "trop souvent stigmatisés", dont les "habitants sont une chance pour la République".

Il a indiqué que, s'il était réélu, il lancerait un plan d'investissements, "Quartiers 2030" en s'inspirant des chantiers des Jeux Olympiques 2024 en Seine-Saint-Denis. La ville de Saint-Denis a voté majoritairement pour l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon au premier tour, un électorat visé par les deux candidats présidentiels. Il a également annoncé sa volonté d'étendre le programme de dédoublement des classes - actuellement de grande section au CE1 en éducation prioritaire - aux 6e et Secondes.

En fin de visite, Emmanuel Macron s'est rendu sur un stade où il a mis les gants de boxe pour échanger quelques coups avec un boxeur local. Il terminera sa campagne vendredi avec un meeting à Figeac (Lot).

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles