“Rien ne justifie de recommander le vaccin Gardasil contre les papillomavirus”

Une institution indépendante de l'industrie pharmaceutique a récemment blanchi les vaccins recommandés pour prévenir le cancer du col de l'utérus, controversés depuis dix ans. Des voix qui contestent solidement l'efficacité de cette vaccination mettent aujourd'hui leurs données à la disposition du public et des médias.

Les vaccins contre les infections au papillomavirus (HPV) sont sûrs et efficaces pour prévenir le cancer du col de l'utérus. Gardasil, Cervarix, et le récent Gardasil 9 ont été lavés de tous soupçons par Cochrane, ce réseau international de chercheurs et de professionnels, mondialement réputé pour l'excellence de ses travaux et ses analyses indépendantes de l'industrie pharmaceutique. Publiée fin mai 2018, sa revue de la littérature scientifique sur les vaccins anti-HPV conclut que le rapport bénéfice-risque reste favorable. Les auteurs se disent « préoccupés par les affirmations injustifiées d'effets nocifs, qui ne sont fondées sur aucune preuve biologique et épidémiologique et peuvent nuire à la confiance du public ». Emanant d'une institution reconnue pour fournir le plus haut niveau de preuve sur une thérapeutique, ces conclusions favorables assoient la légitimité de la vaccination anti-HPV pourtant contestée depuis dix ans à l'international par des chercheurs, des médecins, et des journalistes d'investigation. Abusivement promu comme « vaccin contre le cancer du col de l'utérus » lors de sa mise sur le marché en 2006, Gardasil est critiqué tant sur son autorisation accélérée et le dispositif marketing qui l'a soutenu que sur son efficacité et ses effets indésirables.

La communauté médicale déplore l'impact des “fake news” et des campagnes anti-vaccinales

Le « label Cochrane » aujourd'hui posé, les médecins espèrent convaincre les jeunes Françaises de participer à la vaccination (recommandée de 11 à 14 ans, avant le début de l'activité sexuelle qui expose au virus) alors qu'à peine 20% d'entre elles s'y soumettent. Ce faible taux, qui fait de la France une exception parmi ses voisins européens, consterne la(...)


Lire la suite sur Paris Match