"Rien n'a été résolu" : non, le prince Harry n'a pas ouvert son cœur à Charles

·1 min de lecture

Le prince Harry est rentré chez lui. Et "chez lui", ce n'est plus le Royaume-Uni mais les États-Unis. Après le décès de son grand-père le prince Philip, le duc de Sussex a passé neuf jours auprès de ses proches à Londres. Il a assisté aux funérailles samedi dernier et on a pu le voir discuter paisiblement avec le prince William et Kate Middleton à la fin de l'office. Il a également parlé avec son père le prince Charles. Tout est pardonné ? Loin de là. Si ce drame familial a permis de briser la glace, il n'a pas résolu tous les problèmes ni permis de faire une croix sur toutes les rancœurs qu'il peut encore y avoir entre Harry, William et Charles.

Contrairement à ce qu'affirmait le Daily Mirror précédemment, le prince Harry n'aurait pas ouvert son cœur dans une lettre adressée à son père avant les obsèques du prince Philip. Selon le site Harper's Bazaar, la rumeur selon laquelle le prince Charles - qui reste profondément blessé par tout ce qui s'est passé - aurait reçu une note « très personnelle » de son fils est tout simplement fausse. « C'était un moment consacré à la famille. Samedi, ils ont brisé la glace pour des conversations futures, mais les problèmes en suspens n'ont pas été abordés en profondeur », a expliqué une source proche du prince Harry. « La famille a mis ces questions de côté pour se concentrer sur ce qui comptait vraiment. »

Tous les membres de la famille royale ont fait très attention à ce que rien ne vienne affecter la reine Elizabeth II plus qu'elle ne l'est (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Jean-Luc Reichmann évoque le handicap de sa petite sœur chez Yann Barthes
PHOTOS - Elizabeth II face à Lady Gaga, Jennifer Lopez, Victoria Beckham... La reine du showbiz, c'est elle !
L'affront de Meghan Markle et Harry à la reine : leur drôle d'excuse
Melania Trump "n'est pas passée sur le billard" : quand Donald Trump complimentait sa femme
Eric Dupond-Moretti étrille Marine Le Pen et l'invite "à reprendre ses études de droit"