Richard Branson, rituels et confidences exclusives avant son exploit

·2 min de lecture

Richard Branson a réussi son pari : il a atteint l'espace dimanche 11 juillet à bord d'un vaisseau de l'entreprise Virgin Galactic. Le pionnier de bientôt 71 ans s’est confié en exclusivité à notre reporter avant et après ce nouvel exploit. Extraits.

Samedi 10 juillet. Veille du décollage vers l’espace, 10 heures du matin. Un grand hôtel anonyme de style vaguement mexicain, sorte d’hacienda pour touristes et hommes d’affaires. À moitié vide toute l’année, encore plus depuis que sévit le Covid. Dans une des suites, enfoncé dans un canapé, un grand-père fait face au désert du Nouveau-Mexique, l’un des plus grands des États-Unis. Aujourd’hui, son téléphone ne sonnera pas : Richard Branson a décidé de passer la journée coupé du monde, entouré de sa seule famille. Il y a Joan, sa femme, Holly, leur fille, venue de Londres avec son mari, Freddie, et leurs trois enfants. Sam, le fils, a fait le voyage depuis Bali, accompagné de son épouse. C’est presque devenu un rituel : chaque fois que Branson risque sa vie, le clan se rassemble.

À la joie des retrouvailles se mêle le sérieux des circonstances. En tout, cet aventurier a failli mourir plus de 75 fois, généralement lors de ses multiples tentatives de records, réussies ou pas. Traversées de l’Atlantique en hors-bord, du Pacifique ou de l’Atlantique en montgolfière, et toutes sortes d’exploits plus ou moins dangereux, en kitesurf, en varappe et même en voiture amphibie. Demain, peut-être, il ne reviendra pas. C’est pourquoi sir Richard Branson n’est joignable pour personne.

Il a toujours écrit des mots d’adieu (...) chaque fois qu’il a pris le risque de ne pas revenir

Par fidélité, il a tout de même accepté de nous parler. Au bout du fil, la voix est enjouée : «C’est un jour off, aujourd’hui. J’ai tout débranché, mais j’avais quand même prévu un appel à un ami. Voilà.» En fond sonore, des rires d’enfants donnent une idée de l’atmosphère. « Quelle est l’ambiance, Richard? Comment te sens-tu?» « Je me détends, je suis très(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles