Richard Branson : "Mars et la Lune accueilleront des visiteurs d’ici dix ou quinze ans"

En décembre dernier, Richard Branson envoyait dans l’espace la première navette commerciale privée et habitée (deux pilotes). Richard Branson, le P-DG de Virgin Galactic, projette de s’envoler lui-même dans le grand vide. Il se verrait bien, d’ici dix ans, dans une chambre d’hôtel sur la Lune. Fantasme ? Peut-être. Sauf pour celui qui a plusieurs fois accompli l’impossible... Interview.

En décembre dernier, Richard Branson envoyait dans l’espace la première navette commerciale privée et habitée (deux pilotes). Richard Branson, le P-DG de Virgin Galactic, projette de s’envoler lui-même dans le grand vide. Il se verrait bien, d’ici dix ans, dans une chambre d’hôtel sur la Lune. Fantasme ? Peut-être. Sauf pour celui qui a plusieurs fois accompli l’impossible... Interview.

Détenteur de plusieurs records de la traversée de l’Atlantique et du Pacifique en ballon, à la voile et en bateau à moteur, il est aussi l’homme qui a créé un magazine à 16 ans, fait fortune avec un tube à 21 ans, signé les Rolling Stones, puis vendu sa maison de disques pour fonder une compagnie aérienne, de paquebots, de transports ferroviaires, de trains Hyperloop, de viande artificielle et de dizaines d’autres folies…

Lire aussi: Rick et Mark Armstrong : "Notre mère nous a dit : 'Votre papa va sur la lune

Paris Match. Pour vous, 1969 a été une année très particulière.
Richard Branson. Oui, je dirigeais le magazine “Student” et je militais contre la guerre du Vietnam. Le 18 juillet, j’avais fêté mon 19e anniversaire. Une telle bringue que je ne me rappelle rien, à part un appel de ma mère : elle me demandait de ne pas trop me soûler car elle voulait être sûre que je serais à la maison deux jours plus tard, pour assister en famille aux premiers pas de l’homme sur la Lune. Finalement, j’ai réussi à arriver sain et sauf. Je me souviens que, cette nuit-là, nous étions tous en pyjama, mon père, ma mère, ma sœur Vanessa et moi. Il n’y avait que deux chaînes, la télé était en noir et blanc. Voir l’alunissage a été pour moi un véritable tournant. Je suis convaincu que c’est pour ça que Virgin Galactic existe aujourd’hui, et que ce qui s’est passé à cet instant a influencé ma façon de penser en tant qu’entrepreneur, me donnant le sentiment que tout était possible. J’ai voulu vivre ma vie jusqu’aux limites et, surtout, à fond. Je suis reconnaissant à Neil et à Buzz pour tout ce qu’ils m’ont transmis.

Lire aussi:Dans les archives de Match - Ils ont marché sur la Lune: rencontre avec le club des 12

Vous teniez-vous déjà(...)


Lire la suite sur Paris Match