Richard Berry accusé d'inceste: sa fille Coline auditionnée, "une épreuve nécessaire"

C.M.
·4 min de lecture
Coline Berry-Rojtman et son avocate, le 11 février 2021. - THOMAS SAMSON / AFP
Coline Berry-Rojtman et son avocate, le 11 février 2021. - THOMAS SAMSON / AFP

Coline Berry-Rojtman, qui accuse d'inceste son père l'acteur Richard Berry, est revenue jeudi pendant de longues heures devant les enquêteurs sur ses souvenirs d'enfance et sa version des faits, une "épreuve douloureuse mais nécessaire", selon son avocate.

La fille aînée du comédien, âgée de 44 ans, est restée environ six heures dans les locaux de la brigade de protection des mineurs (BPM), à l'ombre du tribunal de Paris.

Elle "a pu dénoncer les faits qu'elle a subis, expliquer, détailler. Nous n'étions pas venues les mains vides, (...) maintenant la police va pouvoir faire son travail", a déclaré lors d'une brève déclaration à la presse Me Karine Shebabo, au côté de sa cliente, silencieuse.

Une "épreuve douloureuse"

Coline Berry-Rojtman, née de l'union entre Richard Berry et l'actrice Catherine Hiegel, a porté plainte le 25 janvier, affirmant avoir décidé de franchir le pas après la parution du livre de Camille Kouchner La Familia Grande, à l'origine de l'affaire Duhamel et d'une libération de la parole en France sur l'inceste.

Le jour même, le parquet de Paris ouvrait une enquête pour examiner la véracité de ces accusations de "viols et agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par ascendant" et de "corruption de mineur". Il s'agit aussi de vérifier leur éventuelle prescription, possiblement acquise depuis 2014 et le 38e anniversaire de la plaignante.

"On peut dire que cette épreuve douloureuse mais nécessaire est derrière nous", a dit l'avocate devant les caméras. "Il s'agissait pour nous de remettre de l'ordre dans le désordre, de remettre de la loi dans une relation père-fille qui en manquait cruellement".

"Que ceux qui nous écoutent entendent à quel point ça constitue une déchirure de venir dénoncer son père: dénoncer un membre de sa famille, c'est se salir soi-même, donc il faut vraiment aujourd'hui arrêter de déresponsabiliser, d'excuser les auteurs", a ajouté Me Shebabo.

Richard Berry dément

Le 2 février, lorsque l'affaire est devenue publique, Richard Berry avait démenti "de toutes (ses) forces et sans ambiguïté ces accusations immondes". "Je n'ai jamais eu de relations déplacées ou incestueuses avec Coline, ni avec aucun de mes enfants", avait assuré l'acteur dans un long texte publié sur son compte Instagram.

Il avait alors écrit que "les allégations (de sa fille étaient) fausses" et que son récit avait "évolué avec le temps".

Coline avait répondu le lendemain que sa plainte était "un acte grave, réfléchi et pondéré".

Sur le même réseau social, elle a indiqué qu'elle avait été "embrassée par son père sur la bouche avec la langue" et avait "dû participer à des jeux sexuels dans un contexte de violences conjugales notoires".

Selon la plainte, citée par Le Monde, il serait arrivé, autour des années 1984-85, que Richard Berry propose à sa fille "de jouer à l'orchestre avec ses organes sexuels et ceux de sa partenaire" de l'époque, la chanteuse Jeane Manson. L'enfant aurait été "contrainte d'apposer sa bouche sur le sexe" de son père, est-il décrit dans la plainte, selon le quotidien.

"Ma narration des faits n'a jamais varié, nombre de témoignages peuvent être fournis au soutien de cette assertion, notamment au sein de ma propre famille", a-t-elle répondu.

Selon Richard Berry, 70 ans, les accusations d'agressions sexuelles de sa fille ont débuté il y a sept ans, lorsque sa nouvelle femme était enceinte et que Coline, qui avait quatre ans de moins qu'elle, attendait en même temps un enfant. "Pendant des années, j'ai tenté de lui parler (...) sans succès. Je m'en suis ouvert à des psychiatres, à ma famille, à mes amis", a-t-il précisé.

La famille de cette figure du cinéma et du théâtre, décrite comme conflictuelle, s'est depuis divisée entre ses soutiens et ceux de sa fille.

Coline Berry aurait, selon son père, "remanié à nouveau son récit" après la publication en janvier du livre de Camille Kouchner, dans lequel l'auteure accuse son ancien beau-père, Olivier Duhamel, d'avoir agressé sexuellement son frère jumeau lorsqu'il était adolescent dans les années 80.

Article original publié sur BFMTV.com