Ricardo Pinto : Nehuda annonce leur rupture après cinq ans de relation

·1 min de lecture

« On me décrit comme le pire criminel du monde ». Le 10 janvier dernier, Ricardo Pinto était au coeur d'une polémique. Le candidat des Anges a été impliqué dans une vive altercation avec Joé Bédier, maire de Saint-André, et sa famille. Présent sur l’île de La Réunion, dans le cadre du tournage des Vacances des Anges, Ricardo Pinto en a été exclus à la suite de cette bagarre. Tout aurait démarré sur la terrasse d'un hôtel où le jeune homme, sa compagne Nehuda, leur fille, et leur « nounou » déjeunaient. Alors qu'ils tentaient de profiter d'un moment en famille dans la discrétion, certaines personnes auraient tenté de les photographier. Un acte qui aurait mis le feu aux poudres.

Le 14 janvier, Ricardo Pinto continuait de clamer son innocence expliquant avoir dû se défendre face à huit personnes qui tentaient d'atteindre son intégrité physique. Le candidat en voulait pour preuve les nombreux hématomes sur son dos et une hernie discale lui « paralysant la jambe gauche par moments », comme il le confiait dans les colonnes du Parisien. « J'ai le dos explosé. Je sors d'une radiologie, demain, c'est l'IRM complète. Je me fais soigner au fur et à mesure. Sans compter que c'est très dur psychologiquement », assurait-il. A la fois « cassé » physiquement et moralement, le chéri de Nehuda avait du mal à se remettre de cette bagarre à la suite de laquelle il avait été placé en garde à vue puis exfiltré jusqu'en France métropolitaine dans un hôtel dont l'adresse était tenue secrète. « C'est (...)

Lire la suite sur le site de Voici

VIDEO Gérald Darmanin accusé de viol : une question de Thomas Sotto le révolte
"Il n'y aura pas de boule noire" : le nouveau projet inattendu de Thierry Beccaro
Affaire Olivier Duhamel : sa réaction en apprenant la publication du livre de Camille Kouchner
PHOTO Nabilla Benattia aux anges : son frère Tarek dévoile le visage de son fils Liaam
VIDEO Alexandre Kouchner, le frère de Camille Kouchner, scandalisé par des propos sur la révolte à Sciences Po