Pour Riad Sattouf, devenir célèbre s'est joué "à pas grand-chose"

Star incontestée de la bande dessinée, Riad Sattouf achève son cycle autobiographique "L'Arabe du futur" par un dernier tome qui montre que pour un talent donné, entre obscurité et célébrité, cela se joue "à pas grand-chose".

Ce sixième tome paraît jeudi, après un succès énorme pour les cinq premiers épisodes de la série. Selon les éditions Allary, elle s'est vendue "à plus de 3 millions d'exemplaires" dans le monde, "traduite en 23 langues".

Dans cet épisode qui couvre la période 1994 à 2011, de la fin du lycée aux débuts comme auteur, le Franco-Syrien écrit un roman d'éducation contemporain.

On lit encore peu d'autobiographies de ceux qui, comme lui, au milieu de la quarantaine, peuvent se targuer d'une telle influence culturelle.

"Quand j'ai commencé à faire des BD, j'ai connu des jeunes dessinateurs qui avaient ce qu'on appelle des opportunités: un éditeur qui s'intéresse à ce que vous faites, quelqu'un qui a écrit un scénario... Ça arrive tout le temps. Après, on les saisit ou pas", raconte-t-il à l'AFP.

"Ça se joue parfois à pas grand-chose, parce qu'on peut se dire sur le moment qu'on a peur, qu'on ne se sent pas très bien, on laisse tomber, alors que ça peut changer toute une vie", ajoute-t-il. "C'est ce que je voulais raconter".

- "Raciste" contre "racistes" -

Mais pas seulement. Les lecteurs attendent impatiemment le dénouement d'une histoire familiale douloureuse. Ils ne seront pas déçus.

À la fin du tome 4, le frère de l'auteur avait été enlevé par son père, parti en Syrie en laissant derrière lui sa femme française et deux autres garçons. Dans le tome 5, aucune des démarches entamées par la mère pour retrouver son fils n'aboutissaient.

Vis-à-vis de ce père, Abdel-Razak Sattouf, docteur en histoire fasciné par le panarabisme du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, le fils se montre de plus en plus sévère dans le tome 6. L'auteur a été très dur avec lui dans les médias ces dernières années: "islamiste", "d'extrême droite", "raciste".

Ce dernier tome est traversé des remarques (imaginaires, dans la pensée de ce fils) du père enfui. Amères, elles renversent le stigmate: "Ti crois un Arabe va faire di bidis [des BD] dans ce pays de racistes?"

- "Maître du temps" -

Or, Riad Sattouf l'a toujours pensé.

"On s'imagine grand réalisateur, auteur... C'est arrivé à beaucoup de créateurs, et ça m'est arrivé aussi: j'étais intimement persuadé que j'étais de la trempe des grands auteurs, mais que je n'avais pas encore été remarqué", se souvient-il.

"Dans les faits, j'étais bien loin d'être le plus talentueux des types de mon âge", admet-il. "Là où j'étais très bon, quand j'étais plus jeune, c'était pour dissimuler mes lacunes, notamment en dessin".

La série s'achève au moment où la Syrie sombre dans le chaos de la guerre civile. Son président Bachar el-Assad, au pouvoir depuis 2000, noie dans le sang la contestation du "printemps arabe".

Riad Sattouf confie ne plus être bien informé de ce que devient le pays où il a passé une bonne partie de son enfance, méconnaissable après plus de dix ans de conflit.

S'il existe bel et bien un "Arabe du futur", comme en rêvait Abdel-Razak Sattouf, il a aujourd'hui quitté la Syrie, le pays s'étant vidé de ses intellectuels et faisant face à un avenir très sombre.

"Dans +L'Arabe du futur+, il y a cette volonté de mettre le temps en perspective, pouvoir revenir en arrière, le figer complètement. C'est ce que j'aime le plus dans la bande dessinée: on est maître du temps", dit l'auteur, qui clôt une saga entamée avec sa naissance en 1978.

hh/may/npk