Rhône : les parents d'une élève "traumatisée" par un film diffusé en classe réclament une indemnisation

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Les parents d’une collégienne "traumatisée" par un film réclament une indemnisation à l’école. (Photo d'illustration : Getty Images/iStockphoto)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une adolescente de 13 ans a été "traumatisée" par la diffusion en classe du film d'horreur The Ring. Ses parents demandent à l'Éducation nationale, une indemnisation de 11 000 euros.

Les faits remontent à 2019. Un professeur de français d'un collège du Rhône a montré à ses élèves de 4e, le film d'horreur The Ring (Le Cercle) dans le cadre d'un travail sur le fantastique. 

Une des élèves en a été "traumatisée." Ses parents ont réclamé ce jeudi, devant le tribunal administratif de Lyon, 11 000 euros d'indemnités à l'Éducation nationale, rapporte Le Progrès

Un film interdit aux moins de 12 ans 

The Ring, réalisé par l'Américain Gore Verbinski est un remake d'un classique japonais racontant l'histoire d'une cassette maudite tuant toute personne l'ayant visionnée. L'avocat des parents a précisé que ce film interdit en salles aux moins de 12 ans était déconseillé aux moins de 16 ans.

Après le visionnage du film en classe, la collégienne de 13 ans, aurait été "véritablement traumatisée". "Elle n'a ensuite plus pu regarder la télé seule", a expliqué l'avocat. Elle serait "restée enfermée chez elle", et a vécu un isolement social et des "attaques de paniques."

"En état de stress post-traumatique"

Pour l'avocat de la famille, "le professeur savait parfaitement qu’il s’agissait d’un film d’horreur" et non d'un film fantastique. L'adolescente qui était "en état de stress post-traumatique", d'après un certificat médical a dû être suivie. 

Le préjudice psychique et moral subi est estimé à 11 342 euros, selon l'avocat des parents. Le rapporteur public a cependant estimé que la projection avait été accompagnée d'une "contextualisation" et d'un travail "pédagogique." La décision du tribunal est attendue sous quinzaine.

VIDÉO - Affaire du Grêlé : le tueur en série s'est-il inspiré de films d'horreur ? Ces révélations glaçantes sur sa double vie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles