Rhône : le maire invitait des mineurs protégés à participer à des soirées alcoolisées

Un maire poursuivi en justice pour avoir fait boire de l'alcool à des mineurs (Photo : SEBASTIEN BOZON/AFP via Getty Images) (AFP via Getty Images)

Maire de Thizy-les-Bourgs depuis 2017, Martin Sotton est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône pour "provocation directe de mineurs à la consommation excessive d’alcool" et "complicité de conduite d’un véhicule sans permis".

Une affaire embarrassante dont l'édile se serait bien passé. Soupçonné d'avoir fait boire de l'alcool à des adolescents, ou en tout cas de s'être enivrés avec eux, mais aussi de les avoir laissés conduire sa voiture, le maire Modem de la commune de Thizy-les-Bourgs (Rhône), Martin Sotton, comparaîtra devant la justice le 16 juin prochain.

Comme le révèle Le Monde, tout est parti d'une déclaration faite en février par un mineur orphelin âgé de 16 ans, hébergé dans un foyer de la commune. Au cours d'un entretien avec des éducateurs, ce dernier a en effet affirmé s'être récemment "bourré la gueule au domicile du maire du village" avec deux amis à lui. Pour prouver ses dires, l'adolescent n'a pas hésité à montrer des vidéos tournées sur place avec son téléphone, dans lesquelles on reconnaissait aisément Martin Sotton.

Le maire "ne se souvient plus trop des détails"

Transmises plus tard à la justice, ces vidéos accablantes montraient les trois adolescents en pleine beuverie, accompagnée de deux adultes, le maire, donc, et le gardien de nuit du foyer où les trois adolescents sont hébergés. Le Monde mentionne notamment une scène où "le surveillant baisse (...) son pantalon dans une ambiance paillarde débridée".

A la suite de l'ouverture d'une enquête, les deux adultes concernés ont été entendus par les gendarmes et ont reconnu avoir participé à ces soirée, et même, pour ce qui concerne le maire, les avoir organisées. Devant les enquêteurs, le gardien du foyer s'est justifié en disant qu'il souhaitait simplement "faire plaisir aux gamins", tandis que Martin Sotton affirme qu'il "ne se souvien(t) plus trop des détails", mais que l'adolescent qui a tourné les vidéos est un "ami".

Trop saoul pour conduire, l'élu aurait laissé le volant aux adolescents

Un jeune "ami" qui a visiblement été quelque peu gêné par le comportement de l'élu : le mineur protégé se serait en effet "plaint de l’insistance déplacée de l’élu, de quelques gestes à connotation sexuelle, comme une main sur la cuisse ou une étreinte un peu insistante". Ces derniers éléments n'ont cependant pas été retenus par la justice, contrairement à plusieurs infractions routières commises les soirs des beuveries susmentionnées.

Le Monde raconte ainsi cette fois où le maire, "trop saoul" pour reconduire les trois adolescents au foyer, a laissé l'un d'entre eux conduire sa voiture "à toute allure". Au cours d'une autre soirée très arrosée, l'homme politique âgé de 33 ans se serait "endormi sur un canapé, pendant que deux mineurs faisaient des tours avec sa voiture".

Il n'a pas l'intention de démissionner

Placé en garde à vue le 28 février dernier, Martin Sotton a plaidé coupable de "provocation directe de mineurs à la consommation excessive d’alcool" et de "complicité de conduite d’un véhicule sans permis". En attendant la décision de la justice, il affirme qu'il ne démissionnera pas, arguant notamment qu'il est "toujours mobilisé, avec (ses) adjoints, dans la mise en œuvre de (son) programme".

Ancien chef de cabinet de Michel Mercier, qui l'a lancé en politique, Martin Sotton avait été propulsé à la mairie de Thizy-les-Bourgs en 2017 en remplacement de son mentor, ancien ministre de la Justice. Le trentenaire avait ensuite été réélu à la tête de cette commune de 6150 habitants en 2020, avec près de 73% des suffrages exprimés au premier tour.

VIDÉO - Comment se protéger du GHB ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles