Rhône : un enfant de 11 ans accuse un camarade de classe de l'avoir violé à plusieurs reprises

D'après le témoignage de la victime présumée, son agresseur le violait régulièrement depuis l'année scolaire 2020/2021. (Photo : JEFF PACHOUD/AFP via Getty Images) (AFP via Getty Images)

Après avoir révélé les agissements de son agresseur, le petit garçon aurait été victime de harcèlement scolaire par ce dernier et aurait même été menacé par le père du suspect.

Des accusations particulièrement graves, qui sont étudiées très sérieusement par la justice. Un enfant de 11 ans résidant à Saint-Clair-du-Rhône (Isère) accuse l'un de ses camarades de classe de l'avoir violé à de nombreuses reprises depuis plusieurs années. L'agresseur présumé fait également l'objet, avec deux amis à lui, d'une plainte pour harcèlement scolaire, déposée par la même victime.

D'après Actu Lyon, les deux principaux protagonistes se sont connus au sein de l'école privée d'enseignement catholique des Marronniers, située à Condrieu (Rhône), où ils sont scolarisés depuis des années. Au mois d'août dernier, la victime présumée et ses parents avaient été invités à manger chez les parents du suspect. À cette occasion, ce dernier aurait invité son camarade dans sa chambre, aurait fermé la porte à clé et lui aurait imposé des rapports sexuels.

Harcelé par trois camarades depuis la rentrée

"Il va montrer un film érotique puis lui faire une fellation, raconte l'avocat du garçon agressé, d'après le témoignage de celui-ci. Il va lui faire mal avec ses dents et il va tenter d’introduire son sexe par l’arrière." Une fois rentrée chez lui avec ses parents, la victime aurait tout raconté à ces derniers et précisé qu'il ne s'agissait pas d'une première fois.

L'affaire s'est encore envenimée à partir de la rentrée scolaire, quelques jours plus tard. Le violeur présumé se serait mis à harceler sa victime "régulièrement" avec l'aide de deux amis, lui lançant moqueries et menaces. Après une rencontre infructueuse entre les familles des deux mineurs pour tenter de régler la situation, les parents de l'enfant agressé auraient décidé de déposer deux plaintes (une pour viol et une pour harcèlement scolaire) et de prendre un avocat.

Des "viols réguliers par pénétration anale"

Selon ce dernier, la victime lui aurait alors "fait part de viols réguliers par pénétration anale et de fellations régulières" imposés par l'agresseur présumé depuis l'année scolaire 2020/2021. Une information judiciaire a donc été ouverte et le mis en cause a été convoqué par les enquêteurs pour être entendu.

Le jour même de cette convocation, le père du suspect est sorti de ses gonds et aurait tenté de "faire pression sur la victime", selon l'avocat de ce dernier. Le 8 décembre dernier, le papa aurait ainsi profité d'une fête à l'école pour entrer dans l'établissement et s'en prendre au garçon qui accuse son fils de viol. Il aurait ainsi agressé verbalement le pré-adolescent, défendu par son propre père. D'après Actu Lyon, les deux hommes ont failli en venir aux mains ce jour-là.

"Il fait des rêves où il se suicide"

Depuis, la victime présumée n'est plus retournée à l'école. Selon son avocat, l'enfant traverserait une période très difficile sur le plan émotionnel. "Il fait des rêves où il se suicide, explique le représentant dans une interview à BFM Lyon. Il a recommencé à faire pipi au lit. Il ne sait plus comment se comporter avec les enfants de son âge. Il a des crises d'angoisse à l'idée de retourner à l'école".

Selon les différents médias locaux qui ont révélé l'affaire, deux informations judiciaires, respectivement pour viol et harcèlement scolaire, ont bien été ouvertes par le parquet de Vienne (Isère). Des enquêtes sont en cours et devraient permettre de tirer au clair cette consternante histoire dans les mois à venir.

VIDÉO - Arnaud Gallais, victime d’inceste : "Je me suis retrouvé seul avec lui dans la salle de bain et il y a eu une violence inouïe"