Rhône: une femme condamnée à 12 ans de prison pour le meurtre de son mari

Rhône: une femme condamnée à 12 ans de prison pour le meurtre de son mari
(Photo d'illustration) - AFP
(Photo d'illustration) - AFP

Rose Filippazzo, 50 ans, a été condamnée vendredi à douze ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Lyon, reconnue coupable du meurtre de son mari. Le jury a pris en compte l'altération de son discernement, diagnostiquée par deux experts psychiatres, et a donc décidé de retenir l'atténuation de sa responsabilité pénale.

La cour a également prononcé trois ans de suivi socio-judiciaire, une interdiction de porter une arme pour une durée de quinze ans, ainsi qu'une peine complémentaire de privation des droits civiques d'une durée de dix ans.

L'avocat général avait quelques heures plus tôt requis seize ans de prison, rejetant les arguments de la défense qui invoquait l'emprise et les violences de son mari sur l'accusée.

"Elle tue son mari de sang-froid"

Pour le magistrat, aucune circonstance atténuante ne pouvait être retenue pour la quinquagénaire qui a tué Michel Zirafa, son mari, d'une balle dans la tête pendant son sommeil, le 16 septembre 2018 à Thurins (Rhône).

"Pas de précipitation dans son geste, pas de panique. Elle tue son mari de sang-froid", a déclaré Thierry Luchetta, pour qui la distance estimée de 10 centimètres entre le revolver et la tête de la victime endormie démontrait "la volonté de tuer".

"Pas le pantin de son mari"

Le magistrat a rejeté en bloc la thèse d'un acte de défense d'une femme sous emprise, qui aurait eu le meurtre comme seule échappatoire à des années d'humiliations

"Elle pouvait demander le divorce. La France ce n'est pas l'Iran ou l'Afghanistan", a martelé l'avocat général.

"Elle n'était pas le pantin de son mari", a-t-il ajouté, allant jusqu'à douter des violences conjugales décrites par l'accusée, et confirmées par ses filles à l'audience jeudi. "Le caractère habituel des violences ne me paraît pas établi", a dit Thierry Luchetta, pour qui l'accusée "diabolise son mari pour que son crime soit minimisé"

Selon l'avocat général, le mobile financier pouvait expliquer le crime. "Au moment du coup de feu, elle se pensait bénéficiaire" d'une assurance-vie de 200.000 euros contractée par son mari l'année précédente, a-t-il avancé.

Article original publié sur BFMTV.com