Revue de presse Asie: pourquoi l'homologation d'un vaccin chinois par l'OMS contre le Covid serait une première

·2 min de lecture

REVUE DE PRESSE ASIE. Un “Spécial Chine” pour revenir sur l'homologation d'urgence par l'OMS du premier vaccin chinois Sinopharm, sur les inquiétudes qui couvent à propos de la sécurité alimentaire, sur les résultats du 7e recensement décennal et enfin, sur l'effrayant accident qui a vu l'un des nombreux ponts en verre du pays soufflé par un vent violent.

L’Organisation mondiale de la santé a homologué un des deux vaccins de la firme pharmaceutique chinoise Sinopharm. Comme le souligne le site d’informations , l’approbation donnée par l’organisation internationale fera taire les critiques. Le média chinois insiste par ailleurs sur les livraisons constantes de vaccins que Sinopharm a été capables d’effectuer durant les mois précédents : “au moins 69 pays en développement [ont ] reçu l’aide de la Chine en matière de vaccins, et (…) au moins 43 pays [ont] importé des vaccins chinois”. L’un des avantages du vaccin, une température modérée pour sa conservation, en fait un . Mais ce que relèvent aujourd’hui les médias chinois et étrangers, c’est que jusqu’alors, les vaccins homologués par l’OMS étaient tous produits par des entreprises occidentales (AstraZeneca, Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson). Pour la première fois, l’arrivée de Sinopharm a pratiqué “une brèche” dans le monopole de l’industrie pharmaceutique occidentale, remarque le site d’informations indien , qui salue le succès chinois contrastant avec l’échec de la politique de production indienne. C’est un “moment déterminant” pour l’entreprise d’État chinoise, et le moyen de sauver l’initiative Covax qui devait aider les plus démunis à se vacciner. D’autres vaccins de conception chinoise devraient bientôt rejoindre la liste des admis. La revue scientifique rappelle que de nombreux chercheurs s’interrogent sur l’efficacité des vaccins chinois sur certaines catégories de population. Les données manquent pour les personnes âgées, les femmes enceintes, les enfants ou les personnes immunodéprimées.

Le magazine américain spécialisé annonçait il y a quelques jours que la Chine avait acheté en trois transactions rapprochées plus de 3 millions de tonnes de maïs auprès des États-Unis et rappelait le volume des achats de l’année dernière pour la même céréale, plus de 23 millions de tonnes. Le pays est le plus gros importateur de produits agricoles au monde, mais c’[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles