Zep : « Le modèle technologique prôné par Elon Musk ne concernera qu'une minorité »

Le dessinateur Zep lors de sa rencontre au Festival du livre de Paris, réalisée en partenariat avec Le Point.
Le dessinateur Zep lors de sa rencontre au Festival du livre de Paris, réalisée en partenariat avec Le Point.

Zep, ce n'est pas que Titeuf ! Depuis quelques années, le dessinateur suisse creuse une veine réaliste sur des sujets sombres (crise écologique, interrogations existentielles), même s'il ne faut pas oublier que le garnement à la mèche blonde avait été à l'origine conçu pour un public adulte. Ce que nous sommes, le dernier album qu'il est venu présenter au Festival du livre de Paris, est une fable uchronique, où le post-humanisme permet à certains privilégiés de bénéficier d'implants qui leur garantissent un savoir omniscient et des expériences sensorielles inépuisables.

En marge de cette classe d'aristocrates (sur)vivent quelques marginaux, qui cohabitent tant bien que mal avec la nature tout en se détachant d'une technologie mortifère. Constant, un jeune homme « amélioré », est victime d'un bug qui efface d'un coup toutes ses connaissances, même les plus élémentaires. Il doit donc tout réapprendre (qu'il ne faut pas boire un thé bouillant, ou caresser une vipère) tout en construisant un nouveau rapport au monde qui l'environne, et où la nature semble laisser échapper de « vivantes paroles », selon l'adage baudelairien.

À LIRE AUSSITiteuf se serait-il rangé des voitures ? Zep répond

Au cours de sa conférence au Festival du livre de Paris, Zep était accompagné de son sherpa dans le monde fascinant et nébuleux du cerveau, le neurobiologiste Pierre Magistretti. Ce dernier a notamment participé au « Blue Brain Project » (Le projet du cerveau bleu), monumental pro [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles