Revirement de Biden, qui va rencontrer le prince héritier saoudien lors d'une visite à Riyad

Joe Biden va se rendre en Arabie saoudite ce mois-ci. C’est un revirement particulièrement notable par rapport à ses déclarations de la campagne présidentielle. Il ne cachait pas alors sa volonté de mettre au ban des nations le royaume saoudien.

« Nous allons leur faire payer le prix et nous allons faire d’eux les parias qu’ils sont. » C’est ce que disait Joe Biden en 2019 au cours d’un débat présidentiel entre candidats démocrates à la présidentielle. L’année d’avant, le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, éditorialiste pour le Washington Post, était assassiné, démembré et dissous dans l’acide par des agents saoudiens dans le consulat du pays à Istanbul. Un crime impossible sans l’ordre du prince héritier Mohammed ben Salman, dirigeant de fait du royaume. Plus personne ne le prenait au téléphone à la Maison Blanche après le départ de Donald Trump.

Depuis le début du mandat présidentiel, l’administration Biden explique que les droits humains sont la pierre angulaire de sa diplomatie. Mais les temps changent. Depuis plusieurs mois maintenant, les États-Unis ont les yeux rivés sur les prix à la pompe qui battent record sur record. Insupportable, alors que le président a fait de l’inflation sa priorité absolue avant les élections de mi-mandat. Et justement, l’Opep, menée par l’Arabie saoudite, vient d’annoncer une augmentation de sa production à même de détendre le marché du brut, rappelle notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles