Revers. Le coup d’État au Burkina Faso : la suite du “calvaire africain” de Macron

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le mandat d’Emmanuel Macron s’achève sur un incontestable échec africain, analyse Le Temps. Pour le quotidien suisse, le putsch militaire au Burkina Faso et l’enlisement des forces françaises au Mali, où le gouvernement attaque ouvertement Paris, montrent l’insuccès de la politique du président français en Afrique.

Novembre 2017 : à l’université de Ouagadougou, Emmanuel Macron prononce un discours supposé refondateur. La capitale du Burkina Faso a, sous la longue présidence autoritaire de Blaise Compaoré (1987-2014), joué le rôle de QG de la “Françafrique”, tandis que la situation se délitait en Côte d’Ivoire voisine et au Sahel.

À lire aussi: Sahel. Au Burkina Faso, un coup d’État si prévisible

La chute du parrain Compaoré, cet ex-militaire protégé de Paris, survenue trois ans plus tôt, a relancé la démocratisation. Le nouveau chef de l’État français, tout juste élu, affiche alors sa volonté de rupture : “Je ne suis pas venu ici vous dire quelle est la politique africaine de la France comme d’aucuns le prétendent. Parce qu’il n’y a plus de politique africaine de la France ! Il y a une politique que nous pouvons conduire, il y a des amis, il y a des gens avec qui on est d’accord, d’autres non. Mais il y a surtout un continent que nous devons regarder en face.”

La réalité, sur le terrain

La suite est connue. Des étudiants protestent contre la climatisation en panne de leur campus. Pour se voir aussitôt renvoyés par Emmanuel Macron vers leur président, Roch Marc Christian Kaboré… qui vient de s’éclipser de l’amphithéâtre.

Quatre ans plus tard, l’épilogue de ce malaise entre l’ancienne puissance tutélaire française et les fragiles autorités du Burkina Faso s’est peut-être déroulé ce 24 janvier dans le fracas des armes et le chaos d’une journée d’émeutes. Arrêté par des militaires putschistes puis détenu dans une caserne de Ouagadougou, le président burkinabé semble sur le point de connaître un sort identique à celui de son homologue malien décédé le 16 janvier, Ibrahim Boubacar Keïta, renversé le 18

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles