Revers électoral, difficultés financières… Les Républicains au bord du dépôt de bilan

© AFP

Si les sombres pronostics des sondages se confirment, Les ­Républicains (LR) pourraient perdre, à l’issue des législatives , le statut de premier groupe d’opposition à l’Assemblée nationale au profit de la Nupes. Un revers qui ne serait pas seulement symbolique : c’est au plus important groupe de l’opposition, au niveau des effectifs, que revient traditionnellement la présidence de la commission des finances, au moins une vice-­présidence de l’Assemblée et un poste de questeur. La perspective de l’installation d’un Insoumis à la tête de la puissante commission des finances, fonction clé jusque-là exercée par l’ex-LR Éric Woerth , donne déjà quelques sueurs froides aux macronistes.

Le poste le mieux rémunéré

Chargé d’animer les travaux des députés sur le projet de loi de finances et le contrôle de l’usage des deniers publics, son titulaire a en effet un œil sur les secrets de l’État. La loi lui donne notamment accès aux ­informations recueillies par l’administration des impôts, même couvertes par le secret fiscal.

Lire aussi - Élections législatives : pour limiter la casse, la droite fait profil bas

Le poste de questeur dévolu à l’opposition, aujourd’hui occupé par le député LR Éric Ciotti, pourrait lui aussi échapper à la droite. Aussi méconnue que convoitée, cette fonction d’administrateur des services de l’Assemblée est synonyme, pour ses trois titulaires, d’une indemnité spéciale de 5 024 euros, qui s’ajoute à celle de député, de 7 200 euros. Cela en fait le poste le mieu...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles