Revenus annexes des eurodéputés: quelle réalité derrière la polémique?

La question de la rémunération des députés européens par des intérêts privés s’est invitée dans la campagne pour les Européennes. Que touchent réellement les eurodéputés ? Et que dit le règlement du Parlement ? Si les élus européens sont nombreux à toucher des revenus autres que l’indemnité prévue par leur mandat, ces revenus annexes couvrent des réalités très diverses.

« Ces députés qui s’en mettent plein les poches en plus de leurs indemnités d’élus ! ». En dessous de cette formule choc, le tract posté sur le réseau social X (ex-Twitter) par Manon Aubry met nommément en cause plusieurs des adversaires directs de la tête de liste de la France insoumise aux Européennes. Valérie Hayer, qui dirige la liste Renaissance du camp d’Emmanuel Macron, François-Xavier Bellamy (les Républicains) et Raphaël Glucksmann (Place publique – Parti socialiste) sont tous les trois accusés de toucher entre 12 000 et 60 000 euros, en plus des quelque 7 800 euros d’indemnités mensuelles que confère le statut d’eurodéputé. « À qui rendent-ils des comptes ? À leurs employeurs ou à leurs électeurs ? Je propose d'interdire ces rémunérations annexes pour tous les élus européens ! », s’insurge en commentaire Manon Aubry.

Transparency International souligne le risque de conflit d’intérêts puisqu’il est possible de peser sur le processus législatif européen concernant la régulation de l’intelligence artificielle, tout en siégeant au conseil consultatif sur la protection des données du géant allemand Deutsche Telekom ou être un membre en exercice du conseil d’administration d’une entreprise de technologie de paiement en ligne ayant contribué à légiférer sur le secteur


Lire la suite sur RFI