Retrouvailles heureuses avec les lecteurs : les librairies des Pays de la Loire vivent le rush du déconfinement

"Bonjour, j'ai un besoin urgent de livres." C'est avec ces mots que parfois les lecteurs entrent dans la petite librairie de Rocheservière. Le Livre dans la théière a rouvert ses portes le 11 mai et depuis ce jour la clientèle est au rendez-vous. Les 3000 habitants de ce village de Vendée ont repris le chemin de la lecture en privilégiant les commerces indépendants près de chez eux. Au rayon enfant, cette cliente témoigne : "Je préfère les petites librairies de proximité que les grandes surfaces ou Amazon. C'est un geste un peu plus engagé."La campagne n'est pas la seule à profiter de cette reprise d'activité sur les chapeaux de roues. Chez Coiffard, véritable institution en plein coeur de Nantes, les clients sont aussi revenus en nombre. Cette librairie, née il y a un siècle, n'avait jamais fermé, pas même pendant la guerre. Après deux mois sans chiffre d'affaires et sans client la joie de retrouver les lecteurs est immense. "On a envie de partager ce qu'on a lu pendant le confinement, raconte Stéphanie Hinet, co-responsable de la librairie Coiffard. "On a envie de dire aux lecteurs : n'oubliez pas les livres qui sont nés entre janvier et mars et qui ont eu un temps de vie très court. On a envie de leur dire aussi : ne nous oubliez pas, continuez à venir nous voir."On est rassurés car les lecteurs sont là, ils sont vraiment au rendez-vous Stéphanie Hanet co-responsable de la librairie CoiffardL'enthousiasme de la libraire nantaise est à la hauteur de l'inquiétude de la profession. Même si les ventes sont en très forte hausse depuis le déconfinement, 50 à 80% d'augmentation dans la plupart des librairies indépendantes, les deux mois de chiffre d'affaires perdus ne se rattraperont pas. "Notre région compte de nombreuses librairies assez jeunes qui sont encore soumises a des charges importantes," explique Christel Rafstedt dans sa librairie de Rocheservière.Une économie sur le fil du rasoir La présidente de l'association des librairies indépendantes des Pays de la Loire ne cesse de rappeler combien la profession est fragile. "L'économie du livre est déjà sur le fil du rasoir tout au long de l'année. La marge bénéficiaire des librairies est basse, c'est la plus basse des commerçants de proximité. Une crise comme ça va forcément être difficile à encaisser." La page de l'épidémie est donc loin d'être tournée. De nombreuses librairies ont d'ailleurs fait le choix de maintenir leurs salariés en chômage partiel.