Comment on a retrouvé l'origine d'E. Coli

«Les indices s'accumulent [faisant penser] que des graines germées d'une exploitation de Basse-Saxe pourraient être infectées», a finalement déclaré vendredi 10 juin la ministre allemande de l'Agriculture. Un responsable de l'Institut fédéral de veille parle d'une «piste absolument brûlante» menant à une exploitation du Nord de l'Allemagne qui serait à l'origine de l'épidémie d'E. coli. Le vocabulaire est digne d'une série policière, et pour cause. Pour retrouver l'origine d'une telle épidémie, des centaines de spécialistes de la santé, chercheurs, scientifiques ou encore spécialistes de l'agriculture sont mobilisés pour mener une véritable enquête, parfois internationale. Validation du signalement En France, tout commence par le signalement d'un ou plusieurs cas suspects. En général via les systèmes de surveillance déjà en place ou les appels de professionnels de la santé à l'Institut de veille sanitaire (InVS). «Il faut ensuite vérifier si l'alerte correspond bien à une épidémie» ou une simple indigestion, explique Lisa King, épidémiologiste à l'Institut de veille sanitaire (InVS). Chaque information et chaque appel fait donc l'objet d'une validation par les experts de l'InVS. Si l'alerte vient d'un système de surveillance, les scientifiques vont comparer chaque nouveau cas avec les données disponibles. Ainsi, pour le Syndrome hémolytique et urémique (SHU) provoqué notamment par l'infection de la bactérie E. coli, l'InVS dispose de données de surveillance du syndrome remontant sur plusieurs années. Si c'est un ou des médecins généralistes qui ont donné l'alerte, les experts de l'InVS vont les appeler pour vérifier les détails du cas. L'investigation épidémiologique Si ces vérifications sont concluantes, le signalement est validé, et l'on peut passer à la phase d'investigation épidémiologique, qui consiste à tenter d'identifier l'aliment (...) Lire la suite sur Slate.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles