Retraites, ZFE, Europe… Quels sont les chantiers du Rassemblement national pour 2023 ?

© Xose Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Après une année 2022 qui a vu Marine Le Pen récolter 42% des voix à la présidentielle et l’élection de 89 députés à l’Assemblée, le Rassemblement national veut continuer à se structurer en vue des européennes l’an prochain, avec toujours la présidentielle de 2027 en ligne de mire… Le début de l'année 2023 marque surtout pour le parti l'arrivée de grands chantiers.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

La niche parlementaire le 12 janvier

La première grosse séquence, ce sera la réforme des retraites. Le RN y est hostile et compte ainsi s'affirmer comme le premier parti d'opposition. Le projet de loi, impopulaire dans l'opinion, fait craindre à certains élus la colère des classes populaires. "Marine Le Pen va encore engranger des voix", anticipe, résigné, un cadre des Républicains.

Le RN fixera également l'ordre du jour à l'Assemblée le 12 janvier, à l'occasion de sa niche parlementaire. Au menu : l'augmentation des salaires de 10%, l'uniforme à l'école ou encore la suppression des zones à faibles émissions. Le RN cherche ainsi à investir tous les sujets, d'où l'importance de ses 89 députés, répartis dans les différentes commissions à l'Assemblée et chargés d'alimenter le programme du parti pour 2027.

L'objectif, c'est aussi de faire émerger une équipe ministérielle crédible. Un argument qui avait fait défaut lors de la dernière campagne, selon un stratège du parti . Enfin, parmi les autres chantiers, le Rassemblement national veut convaincre les classes...


Lire la suite sur Europe1