Retraites: "Le travail commence", estime Laurent Berger

RETRAITES: "LE TRAVAIL COMMENCE", ESTIME LAURENT BERGER

PARIS (Reuters) - Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, se félicite, dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, que le gouvernement ait finalement retiré l'âge pivot à 64 ans de son projet de réforme des retraites et appelle les partenaires sociaux à s'engager pour garantir l'équilibre financier du système.

"Je m'en réjouis, et c'est grâce à l'action de la CFDT", dit-il, rappelant que le syndicat avait fait de ce point "une ligne rouge".

"Il ne figurera plus dans le projet de loi présenté en Conseil des ministres le 24 janvier. C'est une victoire pour tous les salariés, qui devaient travailler plus longtemps à partir de 2022 à cause d'une mesure injuste", poursuit-il, saluant le geste d'Edouard Philippe, tout en regrettant qu'il n'ait pas eu lieu plus tôt.

"Je souligne que le Premier ministre a été capable de bâtir ce compromis. Le gouvernement a fait un geste, et nul ne peut le contester. Mais ce retrait n'est pas un chèque en blanc. Pour la CFDT, le retrait de l'âge pivot est une victoire, mais c'est aussi une part de risque".

Le gouvernement avait déjà repris l'idée d'une "conférence de financement" avancée par la CFDT et souhaite qu'elle ait lieu en parallèle de l'examen parlementaire du projet de loi. Le texte sera soumis à partir du 17 février à l'Assemblée nationale.

"Maintenant, le travail commence et il va falloir poursuivre notre action pour faire valoir nos propositions et revendications", poursuit Laurent Berger. "On a perdu un temps précieux depuis un mois. Il nous reste beaucoup à faire pour bâtir le système universel : la pénibilité, les retraites progressives, les carrières des femmes, le minimum contributif, l'emploi des seniors, les transitions justes pour les agents publics…"

Prié de dire si la CFDT va appeler à l'arrêt de la grève, il répond : "Nous n'avons pas de leçons à donner aux autres. Mais, dans une période d’hystérie collective, nous avons besoin de sortir de cette situation de blocage qui fatigue beaucoup les Français."

La CGT et FO continuent à réclamer le retrait pur et simple de ce projet de réforme qui prévoit de fusionner les 42 régimes existants en un seul régime à points.


(Marine Pennetier, édité par Jean-Philippe Lefief)