Retraites : «Ce sont toujours sur les mêmes que l'on tape», s'insurge une femme de ménage

© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

La réforme des retraites , présentée ce mardi par la Première ministre Élisabeth Borne , ne fait pas les affaires de Linda. Cette femme de ménage de 57 ans voit d'un mauvais œil l'allongement de la durée de cotisation dont le processus, initié par la loi Touraine en 2014, sera accéléré. Le passage à 43 ans de cotisation est désormais prévu dès 2027 et non 2035. "J'ai commencé à travailler à 16 ans. Avec la nouvelle réforme, il faut que j'aille jusqu'à 60 ans. Cela veut dire que je vais cotiser 44 ans en sachant de plus que, nous, notre retraite complémentaire est amputée de 10 % pendant deux ans", peste-elle.

>> LIRE AUSSIRéforme des retraites : ce qu'il faut retenir des annonces d'Élisabeth Borne

"Je trouve que ce sont toujours sur les mêmes que l'on tape", poursuit-elle. "Je veux bien faire des efforts et me dire 'je peux travailler encore six mois ou quelque chose comme ça'. Mais pourquoi ce sont toujours aux mêmes de faire des efforts ?" Selon elle, cette disposition est inégalitaire. "Je voudrais comprendre pourquoi des gens dans ma situation vont cotiser 44, 45, 46 ans pour des gens qui eux cotiseront 40 ou 41 ans", a-t-elle insisté dans l'émission Europe Soir. Et de pointer du doigt ce qu'elle considère comme une injustice. "On a une devise qui s'appelle Liberté, Égalité, Fraternité. Mais je suis désolée, l'égalité au niveau du travail, on ne l'a pas", juge-t-elle.

Linda pense manifester pour la première fois de sa vie

Lors de sa présentation de la réforme,...


Lire la suite sur Europe1