Retraites : selon Elisabeth Borne, la réforme épargnera «les plus modestes»

© BERTRAND GUAY-POOL

Les Français les plus modestes seront les "moins concernés" par le report de l'âge de départ à la retraite à 64 ans prévu par la réforme du gouvernement, a fait valoir samedi la Première ministre Elisabeth Borne sur France Inter.

À lire aussi Retraites : l'âge légal fixé à 64 ans en 2030

"Je ne peux pas laisser dire que cette réforme elle pénaliserait les personnes modestes. C’est exactement le contraire", a déclaré la cheffe du gouvernement, désireuse de "convaincre" du bien-fondé du projet destiné à "sauver" le système de retraites par répartition.

"Ces personnes modestes, ce sont celles auxquelles on demande le moins de décaler leur âge de départ", a-t-elle ajouté. Elles seront aussi "les plus concernées" par la revalorisation des petites retraites à 1.200 euros.

Les 50% de Français les plus aisés auront le plus à décaler l’âge de départ

Elisabeth Borne

"Ceux dont la durée de travail s’allongera le moins, ce sont les deux premiers déciles (de revenus les plus modestes, ndlr), et un peu le troisième décile", a détaillé Mme Borne. "Les 20% de Français les plus modestes sont ceux auxquels on demande le moins de travailler plus longtemps".

"Les 50% de Français les plus aisés auront le plus à décaler l’âge de départ", a-t-elle encore développé.

L'Insee a l'habitude de classer les niveaux de vie des ménages entre 10 groupes, les "déciles". Ainsi, en 2019, le niveau de vie des 10% des personnes les plus modestes (premier décile) était inférieur à 11.660 euro...


Lire la suite sur ParisMatch