Retraites: Richard Ferrand fustige ceux qui "hystérisent" le débat

1 / 2

Retraites: Richard Ferrand fustige ceux qui "hystérisent" le débat

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a attaqué ceux qui "concourent à hystériser le débat" sur la réforme des retraites, estimant que trouver un compromis n'est "pas insurmontable".

"L'enjeu maintenant c'est de trouver un compromis"

"On n'est pas là pour faire une guerre mais pour créer de la justice. L'enjeu maintenant c'est de trouver un compromis", a-t-il affirmé face à la multiplication des critiques politiques et syndicales avant la reprise de la concertation mardi sur les retraites.

Richard Ferrand défend un projet gouvernemental "juste" qui "corrige de vraies inégalités" envers les femmes, les chômeurs, les carrières hachées, les agriculteurs, les artisans. Il juge "néfaste pour notre démocratie, notre démocratie sociale, certains propos et attitudes de syndicalistes comme de politiques qui concourent à hystériser le débat", assurant qu'on "n'est pas dans une guerre de tranchées".
    
Il faut, selon lui, "que le gouvernement et ces organisations syndicales rapprochent leurs positions pour aboutir, dans la compréhension réciproque, sans préalable ni ligne rouge". 

"Aux négociateurs de trouver les voies de rapprochement en sortant des postures. Avec un peu de bonne foi, cela ne me paraît pas insurmontable", a-t-il ajouté. 

"Une réforme sociétale et non budgétaire"

De leurs côtés, une vingtaine de députés, dont des élus LREM Jean-François Cesarini, Matthieu Orphelin, Delphine Bagarry ou encore Paula...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi