Retraites: les représentants de la gauche unis contre la réforme

À la veille d’une nouvelle semaine de négociation et de mobilisation contre la réforme des retraites, les représentants des partis politiques de gauche et des personnalités signent ensemble une pétition pour le retrait du projet du gouvernement.

On trouve rassemblées parmi les signataires de la pétition appelant au retrait du projet de réforme des retraites toutes les tendances de la gauche. Y figurent le socialiste Olivier Faure, l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon, le communiste Fabien Roussel, l'écologiste Julien Bayrou, mais aussi Raphaël Glucksmann de Place publique ou encore Olivier Besancenot du NPA. À côté de leurs noms, celui du leader de la CGT Philippe Martinez.

Rarement la gauche avait affiché une telle unité ces dernières années. « Ce projet n'est pas acceptable, car il est porteur de régression des droits de chacune et chacun », expliquent les signataires, avant d’ajouter : « C’est pourquoi nous demandons le retrait du projet présenté par le Premier ministre, afin que soient ouvertes sans délai de vraies négociations avec les organisations syndicales ». Ils rejoignent donc la position la plus dure, celle de la CGT, et espèrent avec cette pétition obtenir le soutien des Français.

On retrouve également parmi les premiers signataires plusieurs personnalités : les comédiennes Josiane Balasko et Corinne Masiero, la journaliste Audrey Pulvar, notamment. En milieu d'après-midi ce dimanche, plus de 17 860 personnes y avaient ajouté leurs noms.

Selon un sondage publié par le Journal du dimanche, 44 % des personnes interrogées disent soutenir la mobilisation contre le projet de réforme. Un chiffre en recul et passant sous la barre des 50 % pour la première fois depuis le début du mouvement, le 5 décembre. Cinquante-cinq pour cent des personnes interrogées répondent cependant ne pas souhaiter que le gouvernement aille jusqu’au bout de sa réforme.

Dans ce moment charnière pour la poursuite de la contestation, la gauche s’engage pour faire front rassemblée derrière les syndicats contre le gouvernement.

À lire aussi : Retraites: les opposants de retour dans la rue avant une semaine décisive