Retraites : reporter l'âge de départ à 65 ans "n'est pas un totem" selon Elisabeth Borne

© Xose Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

À une semaine de la présentation publique de la réforme des retraites, Élisabeth Borne a affirmé que "l'âge de départ à la retraite à 65 ans n'est pas un totem". La Première ministre a également marteler que "nous n'irons pas au-delà des 43 années de cotisation. (...) Personne ne devra travailler 47, 48 ans."

La réforme des retraites sera présentée le 23 janvier en Conseil des ministres, a annoncé mardi Elisabeth Borne, réaffirmant que le report de l'âge légal de départ à 65 ans n'était "pas un totem". Le texte sera ensuite examiné à l'Assemblée nationale début février, a annoncé la Première ministre mardi sur franceinfo, sans préciser s'il s'agira d'un budget rectificatif ou d'un projet de loi ordinaire. Elisabeth Borne, qui reçoit les leaders syndicaux et patronaux mardi et mercredi à Matignon, doit dévoiler le 10 janvier le contenu de cette réforme emblématique du second quinquennat d'Emmanuel Macron, qui s'était engagé durant la campagne présidentielle à relever l'âge légal de 62 à 65 ans, avant de se dire ouvert à un report à 64 ans.

D'autres solutions ?

"On a porté les 65 ans" mais "ce n'est pas un totem", a déclaré la Première ministre, indiquant étudier "d'autres solutions qui permettent d'atteindre notre objectif", à savoir "l'équilibre du système de retraite à l'horizon 2030". Le gouvernement n'ira en revanche "pas au-delà de 43 années de cotisation pour une retraite à taux plein", comme cela est déjà prévu par une précédente réforme. "Personne ne devra travailler 47 ou 48 ans", a-t-elle affirmé. De même, "l'âge d'annulation de la décote (...) ne bougera pas, il restera à 67 ans", a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, la revalorisation de petites pensions, à 85% du Smic - soit environ 1.200 euros net - pour une carrière complète, devrait seulement concerner les futurs retraités. "Ma priorité c'est que ce soient les actifs qui vont devoir travailler un peu plus longtemps qui en bénéficient", a-t-elle expliqué.

Retrouvez cet article sur Europe1

VIDÉO - Retraites, assurance chômage, énergie : le calendrier des réformes à venir début 2023