Retraites : premières baisses de production d'électricité, sans coupures de courant

© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Début de la mobilisation. Les agents d'EDF ont procédé ce mercredi, dans les barrages, à de premières baisses de production d'électricité en lien avec le mouvement contre la réforme des retraites , occasionnant la perte sur le réseau de l'équivalent d'un réacteur nucléaire, sans provoquer de coupures de courant, a-t-on appris de sources concordantes. "Il y a déjà à cette heure-ci des baisses de production dans l'hydraulique", a indiqué à l'AFP Fabrice Coudour, secrétaire fédéral de la FNME-CGT, indiquant que "ça met en tension le réseau mais c'est sans impact pour l'usager", ce qu'a confirmé le gestionnaire des lignes à haute tension RTE .

EDF a confirmé cette baisse de production dans un message d'information sur son site : "Perte de puissance disponible en cours sur le parc hydraulique EDF : 1.210 MW. Cette indisponibilité est liée au mouvement social en cours".

>> LIRE AUSSI - Retraites : la mobilisation ne doit pas "bloquer" le pays, déclare Olivier Véran

RTE peut intervenir en cas de coupure

Les réacteurs nucléaires français produisent entre 900 et 1.450 MW d'électricité. Les barrages du Cheylas (Isère), de Pied-de-Borne (Lozère) ou des Salelles (Ardèche) étaient notamment concernés par ces baisses de production, selon Fabrice Coudour. En cas de risque de coupures, RTE peut être amené à demander aux opérateurs d'arrêter les baisses de production, comme il a pu le faire par le passé. "Là, on ne le fait pas, parce qu'on peut compenser avec nos moyens de production,...


Lire la suite sur Europe1